Archives de Catégorie: RDA

Heureux comme RDA en Suisse

  • 4 août 2015

Cow, running = Galoppierende Kuh am See, par Sascha Kohlmann sur Flickr (CC BY-SA 2.0)
Cow, running = Galoppierende Kuh am See, par Sascha Kohlmann sur Flickr (CC BY-SA 2.0)

Un communiqué bilingue (anglais & français) publié hier sur la liste RDA-L, signé de Renate Behrens (Deutsche Nationalbibliothek), responsable du projet d’implémentation du standard RDA en Allemagne, Autriche et Suisse alémanique et que nous connaissons pour l’avoir entendue aux dernières Journées Abes, stipule que le profil d’application de RDA développé pour les pays de langue allemande est en cours de traduction française. Cela, à la demande du réseau suisse IDS (Informationsverbund Deutschschweiz) qui réunit 330 bibliothèques, majoritairement germanophones.

Voici :

le réseau IDS (Informationsverbund Deutschschweiz) est un partenaire du projet RDA et participe activement à la mise en oeuvre de RDA dans l’espace germanophone. Comme IDS mettra en vigueur non seulement RDA, mais aussi les directives d’application valables pour l’espace germanophone dans leur intégralité, les bibliothèques et les collaborateurs francophones rattachés à IDS souhaitent avoir à disposition en plus de la traduction française de RDA déjà disponible depuis un certain temps, une version française des directives d’application (D-A-CH).

Le réseau IDS a déposé une motion dans ce sens auprès du Standardisierungsausschuss (comité de la normalisation des pays germanophones), qui l’a approuvée à l’unanimité. Les travaux de traduction ont démarré en juillet et devraient être terminés en septembre 2015. La version française des directives d’application sera introduite dans le RDA Toolkit ultérieurement. Une traduction analogue des D-A-CH en italien est envisagée.

Septembre donc. Et une traduction italienne « envisagée ». On notera avec tristesse qu’il n’est aucunement question du romanche.

Publicités

La BNE publie un site sur RDA en Espagne et en Europe

  • 4 mai 2015

Sus familiares y allegados ruegan una oración por su alma, par Left Hand Rotation sur Flickr (CC BY-NC 2.0)
Sus familiares y allegados ruegan una oración por su alma, par Left Hand Rotation sur Flickr (CC BY-NC 2.0)

La BNE (Biblioteca Nacional de España) vient de constituer et de mettre en ligne un site d’information sur RDA, sa réception et son application éventuelle en Espagne et dans le reste de l’Europe.

Le site est organisé en plusieurs rubriques (RDA à la BNE, RDA en Espagne, RDA en Europe) et propose en outre une FAQ ainsi qu’une sélection de liens vers des ressources utiles.

Un bon site de synthèse, pour qui lit le castillan (pas d’autre version linguistique disponible). Sur la position de la BNE vis à vis de RDA et les travaux en cours, on suivra en particulier l’un des liens proposés par le site vers la présentation La Biblioteca Nacional de España y RDA : qué hemos hecho recientemente y dónde nos encontramos [La Biblioteca Nacional de España et RDA : ce que nous avons fait récemment et où nous en sommes], par María Jesús Morillo Calero (BNE) [fichier .pdf].

………

La transition bibliographique en Allemagne et en France aux Journées Abes 2015

  • 22 avril 2015

Berlino - Il muro 2, par Brozzi sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)
Berlino – Il muro 2, par Brozzi sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Cependant, avant cette journée Afnor / BnF qui promet monts et merveilles, il y a les journées Abes 2015 [programme – fichier .pdf].

Ici aussi on parlera « Transition bibliographique » pendant des heures, et pas seulement pour ce qui concerne la France. Le standard RDA (Ressources : description et accès), qui est déjà en application au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, le sera très prochainement dans de nombreux autres pays européens, au nord surtout (pays nordiques, Lettonie) et au centre (République tchèque et pays germanophones).

Renate Behrens, en poste à la Deutsche Nationalbibliothek (DNB), est celle qui coordonne le processus de transition depuis les règles de catalogage actuelles vers le nouveau standard, non seulement pour l’Allemagne mais aussi pour l’Autriche et la Suisse alémanique. Elle nous présentera ce processus de grande envergure, qui englobe les institutions culturelles et les musées et qui devrait aboutir à la mise en application de RDA vers fin 2015, début 2016. La DNB est à la fois membre du JSC (Joint Steering Committee for Development of RDA) et d’EURIG (European RDA Interest Group).

L’exposé de Renate Behrens aura lieu en session plénière.

Qui s’intéresse à la transition bibliographique à la française restera confortablement dans la salle Pasteur pour la « session parallèle » Transition bibliographique – FRBRisation en action, au cours de laquelle un point sera d’abord fait sur le programme français de normalisation (publication progressive, dès le 1er semestre 2015, de la « Transposition française de RDA », sa mise application par les agences bibliographiques, les actions de formation d’accompagnement).

Mais le principal intérêt de cette session devrait résider dans sa seconde partie. On le sait, l’Abes et la BnF ont donné la priorité à la « FRBRisation » de leurs catalogues respectifs :  RDA n’est considéré en France que comme un outil destiné à appuyer et à consolider ce processus. On entendra donc un point d’étape sur les actions en cours à l’Abes et à la BnF. Ce panorama sera complété par une communication sur l’outil de production mis en place par Électre, qui a été développé autour du modèle FRBR.

 


Mercredi 27 mai, 14h – 14h30
Implémentation du Standard Ressource Description and Access (RDA) dans les pays germanophones : un renversement des paradigmes pour le catalogage
par Renate Behrens, Deutsche Nationalbibliothek, responsable du projet d’implémentation du standard RDA en Allemagne, Autriche et Suisse alémanique.
Session plénière, Salle Pasteur
.

Mercredi 27 mai, 14h30 – 16h30
Transition bibliographique – FRBRisation en action
par Philippe Le Pape, ABES – Mission Normalisation. Olivier Rousseaux, ABES – Pôle Métadonnées, Département Services aux Réseaux. Sébastien Peyrard, BnF – Responsable des traitements automatisés, département de l’Information bibliographique et numérique. Michèle Aderhold, Électre
Session parallèle, Salle Pasteur
.

S’inscrire (jusqu’au 23 avril inclus)

Journées Abes 2015 - Visuel

Une déclaration de la Bibliothèque nationale d’Espagne sur RDA

  • 18 décembre 2014

Biblioteca Nacional de España, par Nathan Rupert sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)Biblioteca Nacional de España, par Nathan Rupert sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

La déclaration suivante a été publiée il y a environ une heure sur le site de la Bibliothèque nationale d’Espagne (BNE). Elle a également été diffusée via la liste de discussion RDA-L, et été transmise aux membres d’EURIG (European RDA Interest Group). On constate que l’analyse, désormais officielle, de la BNE est très proche de celle qui prévaut en France. Rappelons que l’Espagne, comme la France, est un pays de tradition « ISBD » (par opposition à AACR2, ce qui est le cas du Portugal voisin).

Il s’ensuit logiquement que les processus de transition bibliographique menés de part et d’autre des Pyrénées sont convergents.

………

Texte publié

On en trouvera une traduction française partielle à la suite du texte anglais.

National Library of Spain Statement relating to RDA

RDA is becoming a de facto international standard. At present, RDA is being used in the main libraries of the world, especially Anglo-Saxon ones, as well as in several European National Libraries. In addition, taking into account that RDA is the natural continuation of AACR2, it is presumably that which will be implemented widely in Latin America.

RDA, therefore, will increase its presence in the field of large collective catalogues, such as OCLC, and bibliographic information services provided by publishers and other related platforms. In Spain, as the survey conducted this year on the subject made clear, a good number of libraries expressed their intention to migrate to this new standard (Biblioteca de Catalunya, Biblioteca de Galicia, many of the university libraries, etc.).

The National Library of Spain (BNE) is actively seeking an alignment with RDA that doesn’t involve a sudden break in our current cataloging practices. We believe that RDA focuses on two main goals which the BNE currently considers of prime importance, such as FRBRization and linked data development. However, we find some obstacles that discourage RDA implementation at this moment:

  • The standard is still undergoing major changes in its drafting through periodical revisions. Furthermore, some RDA chapters are still to be written.
  • Current format environment, based on MARC 21, doesn’t provide enough flexibility to take advantage of RDA FRBR-based structure. The role of BIBFRAME, supposedly the natural replacement for MARC 21, is not clear in the short term and its development is being even questioned in North America. We think ILMS development will be decisive in this new context.
  • A move from Spanish Cataloguing Rules to RDA would involve a number of major changes in legacy data -especially regarding access points- where potential benefits currently do not appear to worth the great effort required.
  • Last but not least, the current economic situation would not allow many Spanish institutions to assume the costs (licenses of RDA Toolkit, training, etc.) of RDA implementation.

These are the reasons why the BNE has decided not to adopt the new standard for the time being. This does not mean, however, that the BNE is rejecting any further decision in the future.

In this approach to RDA, the BNE will go in depth regarding the development of controlled vocabularies and the use of new MARC 21 fields created for RDA elements. We will also continue investigating key aspects where RDA comes into conflict with Spanish cataloguing tradition, assessing the cost/benefit ratio of each decision to be taken. Given that the results of the survey regarding RDA in Spain show that most Spanish libraries are looking at the BNE decision in order to make a move, we will create a specific information channel on our website to communicate decisions taken and to handle enquiries and comments from the Spanish library community.

Biblioteca Nacional de España, December 17th, 2014.

Traduction française partielle

Déclaration de la Bibliothèque nationale d’Espagne au sujet de RDA

[…]

La Bibliothèque nationale d’Espagne s’efforce de rechercher un alignement de ses règles avec RDA tout en évitant d’introduire une rupture trop forte dans les pratiques catalographiques actuelles. Deux des objectifs principaux de RDA, la FRBRisation et l’ouverture au Linked data, sont considérés prioritaires par la BNE. Cependant nous considérons que des obstacles à l’application immédiate de RDA existent :

  • Le code, qui est révisé périodiquement, est encore dans un processus évolutif de grande ampleur. De surcroît certains chapitres de RDA restent à écrire.
  • L’environnement actuel en matière de formats, fondé sur MARC 21, ne procure pas suffisamment de souplesse pour profiter pleinement d’une structure fondée sur les FRBR. Le rôle de BIBFRAME, dont on peut penser qu’il est le remplaçant naturel de MARC 21, est encore flou à court terme, et certains s’interrogent même sur son devenir en Amérique du Nord. L’évolution des SGB devrait s’avérer décisive sur ce point.
  • Un passage des règles de catalogage espagnoles à RDA supposerait des changements importants par rapport aux données rétrospectives — notamment en ce qui concerne les points d’accès — changements dont le bénéfice potentiel ne semble pas actuellement à la mesure de l’important effort à consentir.
  • Enfin, et ce n’est pas le moindre des arguments, la situation économique actuelle ne permet pas aux institutions espagnoles de faire face aux coûts induits par l’application de RDA (licences du RDA Toolkit, formation, etc.)

Pour toutes ces raisons, la BNE a décidé de ne pas adopter RDA pour le moment. Ceci ne signifie nullement que la BNE n’envisage pas de réviser cette décision ultérieurement.

L’approche retenue par la BNE consiste à suivre de près l’évolution des vocabulaires contrôlés et celle de l’usage des nouvelles zones MARC 21 créés pour les éléments de RDA. Nous continuerons en outre à analyser les points de désaccord entre RDA et les traditions espagnoles de catalogage, tout en évaluant le rapport coût / bénéfice de chacune des décisions à prendre.

[…]

Biblioteca Nacional de España, 17 décembre 2014.

———

Sara Montiel (1928-2013) | Agua que no has de beber. Juan Martínez Abades, paroles et musique ; Sara Montiel, chant ; accompagnement d’orchestre. Extrait du film La violetera (1958), réalisateur Luis César Amadori.

Agua que no has de beber déjala correr
Déjala, déjala

L’eau que tu n’es pas obligé de boire, laisse-la couler
Laisse-la, laisse-la.

Enquête sur l’adoption de RDA en Espagne

  • 31 juillet 2014

La BNE (Biblioteca Nacional de España) vient de publier les résultats d’une enquête menée auprès des bibliothèques espagnoles sur leur position vis à vis de l’adoption éventuelle de RDA comme code de catalogage [Fichier .pdf 678 Ko, en espagnol].

Des 128 bibliothèques ayant répondu, 4 déclarent qu’elles n’implémenteront pas RDA.

Mais 83 % des établissements n’ont pas pris de décision, les trois quarts des interrogées attendant que s’affirment les orientations prises aux niveaux national et international. La décision de la BNE notamment pèsera sur le choix de plus de la moitié des bibliothèques répondantes.

17 bibliothèques, ou réseaux de bibliothèques, ont cependant déjà décidé d’implémenter RDA, majoritairement en milieu universitaire (15 sur 17), et en Catalogne (10 sur 17). Beaucoup d’entre elles, il faut le signaler, font partie de la petite minorité appliquant actuellement les AACR2. Les dates envisagées pour la mise en application de RDA s’échelonnent de 2014 à 2017 pour 12 de ces établissements, et ne sont pas fixées pour les 5 autres. Le rapport d’enquête pointe l’absence d’étude d’impact, notamment financier : « Quasiment aucune bibliothèque n’a évalué le coût du changement de règles, toutes se trouvant encore dans une phase assez précoce. Seule l’université des Îles Baléares fait état d’un coût initial évalué à 800 € » (p. 15). Idem pour la formation : « Le processus de formation du personnel n’a pas encore été défini dans la majeure partie des établissements » (p. 13).

L’enquête fournit également des données sur la proportion de notices importées et les sources dont elles proviennent, autres éléments qui sont de nature à influer sur les décisions futures des bibliothèques.

Extrait de : ¿Qué he hecho yo para merecer esto? | Réalisation Pedro Almodóvar ; scénario Pedro Almodóvar ; acteurs principaux Carmen Maura, Ángel de Andrés López, Chus Lampreave, Verónica Forqué, Amparo Soler Leal. Espagne, 1984.

RDA, le code de catalogage qui fait grossir

  • 16 juin 2014

Lucques Photo Philippe Le Pape

Il importe absolument de faire la différence entre des métadonnées RDA produites en format Marc et d’autres, qui pourraient être produites elles aussi en appliquant RDA, mais selon des modalités plus modernes, directement destinées à une exploitation dans le L.O.D. par exemple, et sans aucune référence au dispositif longuement éprouvé des catalogues informatisés des dernières décennies du XXe siècle. De telles métadonnées existeront peut-être un jour.

Les métadonnées RDA produites en Marc sont des notices Marc. Elles peuvent, ou non, tirer avantage des facilités de mise en relation des notices Marc entre elles proposées par des formats comme Marc 21, ou plus encore Unimarc.

Les formats Marc et le modèle FRBR

Le format Marc 21, qui reste celui dans lequel produisent les grands établissements bibliographes dans lesquels le code RDA est pratiqué depuis 2013, a connu quelques mises à jour qui reflètent non une remodélisation en faveur des FRBR, mais le passage d’AACR2 à RDA. Des zones, sous-zones, codes etc. supplémentaires ont été définis dans les formats des notices bibliographiques et d’autorité pour des éléments de RDA sans correspondance dans les AACR (voir RDA in MARC).

Quid des entités FRBR du groupe 1 les plus novatrices (œuvre & expression), et des relations qui en partent ou y aboutissent ? D’après les exemples de notices Marc 21 auxquelles on peut accéder depuis le RDA Toolkit [.pdf] on comprend que ces deux entités peuvent être l’une et l’autre exprimées en tant qu’autorités titre, ou nom-titre. Cependant, il n’y a aucun moyen de déclarer une autorité comme décrivant soit une œuvre soit une expression. Rien. Pas le moindre code quelque part, dans le label ou ailleurs. Les étiquettes et les intitulés des zones n’ont même pas été modifiées pour refléter la terminologie FRBR en vigueur dans RDA : c’est toujours « 130 – Main Entry – Uniform Title » pour les œuvres sans créateur associé ou leurs expressions ; « 100 – Heading-Personal Name », « 110 – Heading-Corporate Name » pour celles avec créateur associé, et ça sert indifféremment pour les œuvres et pour les expressions.

La structure des points d’accès, notamment celle des points d’accès autorisés, n’a pas bougé. C’est-à-dire que les points d’accès autorisés de ces notices — qui en application de RDA doivent suffire à identifier une œuvre ou une expression selon le cas — sont identiques aux titres uniformes d’avant le modèle FRBR.

Aucune instruction pour l’enregistrement des relations suivantes : œuvre ↔ expression (a pour expression / est une expression de) ; créateur ↔ œuvre (en particulier en cas de créateurs multiples) ; contributeur ↔ expression ; sujet ↔ œuvre.

Dans le format Marc21 bibliographique, les zones qui permettent d’établir un point d’accès autorisé identifiant l’ « œuvre manifestée » et l’ « expression manifestée », en faisant éventuellement un lien vers les autorités correspondantes, n’ont pas été modifiées elles non plus : ce sont celles des titres uniformes d’autrefois. Comme dans le format des autorités, il n’y a pas de différence d’étiquette selon que le point d’accès identifie une œuvre ou une expression. Ni d’indicateur qui pourrait tenir ce rôle. Et pourtant selon RDA l’ « œuvre manifestée » et l’ « expression manifestée » sont deux relations distinctes. À l’évidence, on considère que « qui fait le plus fait le moins », c’est-à-dire qu’un titre uniforme « d’expression » identifie aussi l’œuvre. Seulement si la zone ad hoc tient aussi lieu de lien vers une notice d’autorité, quel identifiant y met-on : celui de l’expression, ou celui de l’œuvre ?

Les choses sont plus claires en Unimarc. Les entités œuvre et expression, traitées comme en Marc 21 dans le format des autorités, sont clairement distinguées l’une de l’autre. Un code dans une zone spécifique (154) permet de déclarer une autorité comme décrivant soit une œuvre soit une expression. Par ailleurs des zones nouvelles ont été définies pour ce qu’on pourrait appeler des titres uniformes FRBRisés, et les étiquettes sont différentes pour les œuvres et pour les expressions. Ces distinctions se retrouvent dans le format bibliographique : un « titre uniforme d’expression » n’a pas la même étiquette qu’un « titre uniforme d’œuvre ».

Toutes les relations entre entités ont été ajustées selon le modèle FRBR, et dûment identifiées. Dans le format des autorités : œuvre ↔ expression (a pour expression / est une expression de) ; créateur ↔ œuvre (en particulier en cas de créateurs multiples) ; contributeur ↔ expression ; sujet ↔ œuvre. Dans le format bibliographique : lien vers l’œuvre et lien vers l’expression, comme indiqué plus haut.

RDA en Marc dans la pratique

C’est à dire qu’on serait vraiment beaucoup mieux armé pour appliquer un RDA « FRBRisé » en Unimarc qu’en Marc 21 (or c’est sur la base du Marc 21 qu’est conçu Bibframe, rappelons-le au passage).

Seulement la LC, la British Library, la NLA (National Library of Australia), la BAC (Bibliothèque et Archives Canada) etc. utilisent le Marc 21.

Qu plus est, dans la pratique actuelle de la LC et des autres il n’y a pas d’identification systématique de l’ « œuvre manifestée » dans les notices bibliographiques. Apparemment lorsque le titre propre de la publication décrite suffit à identifier l’œuvre, ou les œuvres contenue(s), on s’en tient là. Encore moins d’identification de l’expression dans ce cas, bien entendu. C’est le chapitre 17 de RDA qui traite des « relations fondamentales » du modèle FRBR (c’est à dire les relations entre les entités du groupe 1, œuvre, expression, manifestation, item). Ceci est le profil d’application de la LC pour ce chapitre (copie d’écran du RDA Toolkit) :

RDA-LCPCC-ch17

« Do not apply chapter 17 in the current implementation scenario. » « N’appliquez pas le chapitre 17 dans le scénario d’implémentation actuel. » C’est réaffirmé sur la même page pour les parties « œuvre manifestée » et « expression manifestée ». Voilà. Comme ça, si on avait encore un doute sur la FRBRisation du catalogue de la LC (et des bibliothèques participant au PCC, c’est à dire le Program for Cooperative Cataloging), on n’en a plus. Voir la page du profil d’application de RDA (« Policy statements ») LC-PCC sur le site de la LC.

Voyons la NLA :

RDA-NLA-ch17

« There are no policy statements for this chapter. »  Ça alors, qu’est-ce qu’on fait si on travaille dans cette bibliothèque-là ?

La British Library n’a pas de profil d’application dans le RDA Toolkit, mais elle y a publié des « flux de travail ». On lit ce qui suit dans celui élaboré pour les « monographies » :

General Guidelines for Choosing the Preferred Title (6.2.2.3)
The preferred title for a work is a core element of the description. It is the title chosen as the basis for the authorised access point representing the work. This may simply consist of the title proper recorded in the 245 subfield $a if the title is unique and there is no person, family or corporate body responsible for creating the work. If that title is not unique, additional identifying elements must be included in a new preferred title recorded in field 130, or in the 240 in combination with a 100 or 110 field.

The preferred title is also used to refer to a related work or expression, for example, as the stem of an authorised access point given in the $t of fields 700-711 or $a of field 730.
British Library. Monograph Workflow (Last updated 05.06.14, Aligned with RDA Update April 2014)

Il y est clairement indiqué :

  • que dans certains cas le titre propre (245$a en Marc 21) suffit à identifier une œuvre dans la notice bibliographique, mais les critères sont assez restrictifs, et les directives précises quant à la rédaction d’une entrée au titre privilégié de l’œuvre.
  • que « le titre privilégié est également utilisé pour faire référence à une œuvre ou une expression en relation [avec la ressource décrite], par exemple en formant la racine d’un point d’accès privilégié donné dans les $t des zones [Marc 21] 700-711 [c’est à dire : la sous-zone permettant d’encoder un titre dans des entrées supplémentaires nom-titre] ou $a d’une 730 [idem, pour une entrée titre]. »

Il en résulte que cette notice RDA que j’ai montrée aux Journées Abes 2014 (je l’avais faite moi-même) :

Notice Alice 1

n’est pas juste. Si elle avait été obtenue par conversion du Marc 21, les « titres d’œuvre » auraient été étiquetés 500 (Titre uniforme) en Unimarc, et non 577 (Identification d’une expression), et ces 500 n’auraient pas été liées à l’autorité correspondante, il aurait fallu le faire à la main :

Notice Alice 2

Si elle avait été produite directement en Unimarc, et en respectant les conventions de ce format pour des données complètement FRBRisées il aurait fallu des zones 577 identifiant chacune des deux expressions contenues, et éventuellement des 576 identifiant les œuvres correspondantes.

Qu’appelle-t-on relation dans RDA ?

Les quatre premières sections de RDA sont consacrées aux entités FRBR, les six dernières aux relations entre ces entités. Mais qu’appelle-t-on au juste relation dans RDA ?

RDA sert clairement à décrire des publications (FRBR : manifestations). Si on travaille en Marc, on peut le reformuler ainsi : RDA sert à faire des notices bibliographiques.

Cependant RDA exige que toute notice bibliographique fasse état de certaines des relations qui existent entre la ressource décrite et d’autres entités du modèle FRBR. Par exemple entre la publication et son éditeur. Entre la publication et l’œuvre, ou les œuvres, qu’elle contient — à moins que celles-ci soient en trop grand nombre — de même qu’avec leurs créateurs s’ils sont connus.

Il n’est pas obligatoire pour cela de mettre la notice bibliographique formellement en relation avec d’autres notices (par exemple : celle(s) décrivant l’œuvre, ou les œuvres, contenue(s), ou leurs expressions respectives ; les notices d’autorité établies pour les créateurs de l’œuvre, ou des œuvres, contenue(s) ; celle établie pour la maison d’édition). RDA ne fait pas d’obligation de ce genre, tout simplement parce que techniquement ce n’est pas possible dans bien des systèmes informatiques.

Ce qui est désigné par le terme de relation dans RDA, c’est simplement la mention que l’entité décrite est en relation avec d’autres. Cette mention peut prendre différentes formes, au choix :

  1. le type de la relation + un identifiant de l’entité liée (équivalent Unimarc : les zones de lien des blocs 5XX, 6XX, 7XX avec $3, celles des 4XX avec $0)
  2. le type de la relation, + un point d’accès autorisé identifiant l’entité liée (équivalent Unimarc : les zones de lien des blocs 5XX, 6XX, 7XX sans $3, celles des 4XX sans $0)
  3. une mention textuelle, par exemple une note, identifiant à la fois l’entité liée et le type de relation

Une zone Unimarc 210 telle que :

210 ## $a Paris $c Grund $d [etc.]

suffit à exprimer la relation à l’éditeur (210$c signifie « est l’éditeur de la ressource »).

De même, une note textuelle (Unimarc 3XX) telle que :

304 ## $a Traduit de : Alices’s adventures in Wonderland

suffit à rendre compte à la fois de la relation à l’œuvre contenue et de celle à l’expression originale ; RDA n’en exige pas davantage (mais ne l’interdit pas non plus, bien entendu). En toute orthodoxie vis-à-vis des FRBR, il s’agit là d’une relation entre deux expressions (la traduction française réalisée par André Bay de Alices’s adventures in Wonderland et le texte original anglais de Lewis Carroll). Mais vu qu’Alice’s adventures in Wonderland est aussi le titre par lequel l’œuvre est identifiée, on peut à la rigueur convenir que cette même note fait aussi référence à l’« œuvre manifestée » (ce qui est en principe obligatoire).

Dalí. Todas las sugestiones poéticas y todas las posibilidades plásticas, par Museo Reina Sofía sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0) Dalí. Todas las sugestiones poéticas y todas las posibilidades plásticas, par Museo Reina Sofía sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

La différence avec le catalogage « à l’ancienne » ? Eh bien… Hum… Mettons qu’il réside dans le fait que « le catalogueur » est dorénavant conscient que par cette 210 et par cette note 304 il fait œuvre FRBRisatrice. Que sa 210 n’est pas une simple zone de l’adresse bibliographique, mais l’enregistrement de la relation manifestation → éditeur. Qu’il n’a pas simplement transcrit en note le titre original trouvé sur l’ouvrage comme le lui demande sa norme, mais qu’il a mis en évidence une relation entre le livre qu’il décrit et une des « œuvres » qu’elle contient.

Voilà.

Un pâté de FRBR

Les bibliothèques appliquant actuellement RDA (en format Marc donc) se contentent généralement d’enregistrer les relations selon les formes 2 et 3 de la liste ci-dessus (c’est à dire sans faire de lien entre notices). La structure de la notice traditionnelle n’a pas été bouleversée, en dépit de quelques modifications, la plus spectaculaire étant le remplacement de l’indication générale du type de document par un ensemble de trois éléments distincts :

  • RDA 6.9 Type de contenu (Marc 21 336, Unimarc 181)
  • RDA 3.2 Type de média (Marc 21 337, Unimarc 182)
  • RDA 3.3 Type de support matériel (Marc 21 338, Unimarc 183)

(voir La zone 0).

Une notice bibliographique Marc se suffit à elle-même, en RDA comme en AACR2. Tel est le principe qui semble prévaloir dans le monde anglo-saxon, et singulièrement à la Bibliothèque du Congrès. La notice bibliographique Marc contient tout :

  • l’identification de la manifestation (elle est faite pour cela)
  • l’identification de l’œuvre, ou des œuvres, contenue(s)
  • l’identification de leurs expressions s’il y a lieu
  • la mention, sous forme textuelle ou sous forme de points d’accès normalisés, des relations de la manifestation et/ou de l’expression et/ou de l’œuvre aux entités de type personne, collectivité ou famille.

Tout cela se trouve réuni au sein d’une même notice bibliographique RDA en Marc. Il arrive même qu’une zone Marc réunisse des attributs de plusieurs entités FRBR. Ainsi par exemple de la zone de la description physique (Unimarc 215, Marc 21 300) :

215 ## $a 479 pages $c illustrations, en couleurs $d 31 cm (Unimarc)
300 ## $a 479 pages :$b illustrations, en couleurs ;$c 31 cm (Marc 21)

où $a (Unimarc et Marc 21) correspond à l’élément Importance matérielle (attribut de la manifestation), $c (Unimarc) / $b (Marc 21) à des attributs de l’expression (en l’occurrence RDA 7.15 Contenu illustratif et RDA 7.17 Contenu de couleur), et $d (Unimarc) / $c (Marc 21) à l’élément Dimensions, autre attribut de la manifestation.

Les couleurs utilisées dans les notices présentées aux Journées Abes 2014 (voir la diapo ci-dessus) indiquent à quelle entité FRBR, telle qu’elle est traitée dans le code RDA, renvoie chacun des éléments constitutifs de la notice. Noir : manifestation. Bleu : expression. Rouge : œuvre.

On le voit d’une manière flagrante, RDA en format Marc c’est un pâté de FRBR : œuvres, expressions, manifestations etc. hachées, mélangées, mises en terrine.

Une fois qu’on l’a devant soi ce pâté, comment y résister ? La tentation est trop forte. Du pain, un joli vin rouge pour accompagner, quelques radis qu’on a toujours sur soi, des olives. Un pélardon, un Paris-Brest, un café.

Notice suivante. Plus de Paris-Brest c’est vrai ? Y a des mille-feuilles je crois. De toute façon y a le far aux pruneaux en cas de lacune. Côté fromage c’est bon ? Le vin si, j’ai vérifié en arrivant ce matin. Y a du blanc aussi, du muscadet. Oui je sais mais bon. Houlà c’est quoi ce truc encore.

Img0133, par Luca Cerabona (« ckOrange ») sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0) Img0133, par Luca Cerabona (« ckOrange ») sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

La zone zéro

  • 26 mai 2014

Zero, par MTSOfan sur Flickr
Zero, par MTSOfan sur Flickr (CC BY-NC-SA 2.0)

Comme annoncé aux Journées Abes 2014, nous travaillons à l’implémentation dans le Sudoc de la zone 0. De ce nom stupéfiant on désigne une partie de la notice ISBD permettant d’informer sur la forme du contenu de la publication décrite et sur le type de médiation par laquelle on y accède. La conception de cette zone la destine essentiellement à des fonctions de tri (au moyen de facettes par exemple).

La zone 0 annule et remplace l’indication générale du type de document (« texte imprimé », « enregistrement sonore » etc.) jusqu’à présent encastrée dans la zone du titre et de la mention de responsabilité (en Unimarc : 200$b).

1. L’indication générale du type de document

Cette indication générale du type de document présente plusieurs inconvénients.

D’abord un « document » relève d’un type et d’un seul. Il ne peut pas être à la fois « texte imprimé » et « image fixe » par exemple. C’est ainsi qu’une bande dessinée est conventionnellement décrite comme « texte imprimé ». Idem d’un album pour enfants, bien que l’image y soit largement prépondérante. Idem d’un catalogue d’exposition, d’une monographie sur l’œuvre d’un peintre ou d’un photographe, etc.

Ensuite on voit bien que certaines des formules normalisées utilisables pour cet élément informent à la fois sur un type de contenu (« texte ») et sur un mode de mise à disposition (« imprimé »). Pour autant « texte électronique » n’a jamais été une désignation reconnue. On dit « ressource électronique » — qui n’est qu’un mode de mise à disposition, ce qui nécessite de préciser le type de contenu d’une telle ressource ailleurs dans la notice (en l’occurrence dans la zone 3, Unimarc 230). Certaines autres « indications générales du type de document » ne désignent au contraire qu’un type de contenu (« image fixe », « document cartographique » par exemple). Pour une publication d’« image fixe » ou un « document cartographique » publiés électroniquement, l’indication générale du type de document devient obligatoirement « ressource électronique ». (Sans compter qu’un « document cartographique » est aussi une image.)

Conclusion : l’indication générale du type de document manque à ce point de rigueur et de cohérence qu’elle n’est pour ainsi dire d’aucune utilité en tant que critère de tri dans un catalogue.

2. La zone 0 de l’ISBD

La zone 0 (« zone de la forme du contenu et du type de médiation »), définie dans l’ISBD, édition intégrée (2011, traduction française 2013, pages 29-34), tente de pallier ces inconvénients.

Contrairement à l’indication générale du type de document, elle est répétable et chacun de ses éléments l’est aussi, ce qui d’ailleurs est potentiellement source de micmacs considérables. D’autant que l’ISBD manque d’explications et d’exemples sur ce sujet — qui ne sera pas développé dans ce billet. Une autre fois peut-être.

Elle est structurée en deux parties bien distinctes : la forme du contenu (de la ressource décrite), et le type de médiation, c’est à dire son mode de mise à disposition. Par exemple : texte (forme du contenu), électronique (type de médiation). Ou son (forme du contenu), audio (type de médiation). Avec la ponctuation prescrite qui fait le charme de l’ISBD :

Son : audio

Le signe « : » matérialise la frontière entre les deux parties de la zone 0. Il marque bien qu’il s’agit de deux éléments distincts. Remarquons au passage que le type de médiation « audio » et la forme du contenu « son » ne sont pas redondants (du son peut être mis à disposition sous forme de fichier électronique).

2.1. L’élément Forme du contenu

Les différentes formes du contenu possibles sont les suivantes :

Données — Image — Mouvement — Multimédia — Musique — Objet — Parole énoncée — Programme — Son — Texte — Forme du contenu non définie

(pour les définitions, voir l’ISBD), p. 30 et 31. On déplore la présence dans cette liste de multimédia,  qui a le sens de « formes multiples ».

2.2. Le sous-élément Qualificatif du contenu

Une forme du contenu telle que « texte » doit être précisée par un qualificatif du contenu, car du texte peut être destiné à être lu soit à l’œil soit au toucher :

Texte (visuel) : électronique

Le qualificatif du contenu est un sous-élément de la forme du contenu. Il est « obligatoire si applicable », c’est à dire que certaines formes du contenu exigent un ou plusieurs qualificatifs du contenu (jusqu’à quatre), qui sont, dans l’ordre : la spécification du type, la spécification du mouvement (en cas d’image uniquement), la spécification de la dimensionnalité (en cas d’image uniquement), et la spécification du sens humain grâce auquel le contenu est perçu (qui comporte entre autres le terme olfactif pour les ressources qui puent de manière intentionnelle).

C’est ainsi qu’un texte est soit visuel, soit tactile (c’est à dire en braille ou autre système analogue), qu’une image peut être cartographique (« spécification du type »), qu’elle est animée ou fixe (« spécification du mouvement »), bidimensionnelle ou tridimensionnelle (« spécification de la dimensionnalité »), et peut enfin être perçue soit par la vue soit par le toucher (« spécification du sens sollicité »). Exemple :

Image (cartographique ; fixe ; bidimensionnelle ; tactile)

Sublime.

Voici la liste des qualificatifs du contenu :

Spécification du type : cartographique — noté/notée — interprété/interprétée

Spécification du mouvement : animée — fixe

Spécification de la dimensionnalité : bidimensionnelle — tridimensionnelle

Spécification du sens sollicité : auditif/auditive — gustatif/gustative — olfactif/olfactive — tactile — visuel/visuelle

(pour les définitions, voir l’ISBD), p. 32.

2.3. L’élément Type de médiation

Cet élément est constitué d’un terme assez général indiquant le moyen par lequel on accède à la ressource décrite. Enfin… c’est un peu moins simple que ça. Cet élément fait d’abord la différence entre les ressources qui ne nécessitent aucune médiation (c’est à dire auxquelles on accède directement grâce au sens mentionné en qualificatif du contenu) et les autres. Dans le premier cas, on dit : « immédiat ». Exemple :

Texte (visuel) : immédiat

« Immédiat » est le terme consacré dans l’ISBD, mais bien entendu on peut en retenir un autre dans une interface de recherche et/ou d’affichage.

Dans les autres cas, ça dépend du type d’appareil nécessaire pour accéder à la ressource. Les différents types de médiation possibles dans ces cas-là sont les suivants :

audio — électronique — microforme — microscopique — projeté/projetée — stéréoscopique — vidéo

Exemples :

Texte (visuel) : microforme
Image (animée ; bidimensionnelle) : vidéo
Musique (interprétée ; auditive) : audio
Parole énoncée (auditive) : électronique

Et il en reste deux : le malencontreux multisupport (malencontreux dans sa formulation), et l’indispensable type de médiation non défini.

Le type de médiation ne s’accompagne d’aucun qualificatif.

3. À quoi sert la zone 0 ?

Zero, par LEOL30 sur FlickrOn peut bien entendu l’afficher telle quelle (mais elle achèvera de précipiter les statistiques de consultation du catalogue dans les abysses : mieux vaut trouver des équivalents intelligibles).

Elle est plutôt conçue, ainsi décomposée en éléments et sous-éléments, pour les tris. Par exemple, avoir isolé l’aspect « tactile » permet de filtrer les ressources destinées aux mal- ou non-voyants. La zone 0 permet de définir des facettes ou des filtres de recherche de manière assez souple, avec plus ou moins de granularité, en opérant éventuellement des regroupements, et cela « à la carte ».

3.1. Quelques imperfections

Seulement pour que ce soit possible dans tous les cas, il faut éliminer l’implicite dans la terminologie employée. Cette règle est assez bien respectée. Par exemple on qualifie bien de visuel un texte ou autre qui n’est pas tactile, au lieu de considérer qu’il l’est par défaut.

En revanche un objet par exemple est par défaut tridimensionnel. On ne le dit pas explicitement (la spécification de dimensionnalité ne s’applique qu’à l’image).

Ou bien, si la musique est soit notée soit interprétée (« spécification du type »), ce n’est pas le cas du texte. Pour un texte noté on ne donne pas de « spécification du type ». Pour un texte interprété on ne dit plus texte, mais parole énoncée, qui est une « forme du contenu » à part entière, distincte donc de texte. C’est gênant.

Encore autre chose, pour un enregistrement sonore textuel on a ceci :

Parole énoncée : audio

Supposons qu’il s’agisse d’une captation de spectacle. Si cette même captation est disponible aussi en enregistrement vidéo on a cette fois :

Image (animée ; bidimensionnelle) : vidéo

Encore qu’en principe rien n’interdirait dans ce cas de doubler la forme du contenu pour éviter de perdre l’aspect « parole énoncée » :

Image (animée ; bidimensionnelle). Parole énoncée : vidéo

3.2. Et le type de support ?

Ce qui manque à cette zone 0, c’est une information complémentaire sur le type de support pour indiquer que (par exemple) le « texte (visuel) : immédiat » et l’ « image (fixe ; bidimensionnelle ; visuelle) : immédiate » sont publiés sous la forme d’un livre. On le dit sous forme textuelle dans la zone de la description physique (Unimarc 215, $a), mais il vaudrait mieux un vocabulaire contrôlé qui viendrait préciser la forme du contenu et le type de médiation. Cet élément existe dans RDA.

 

4. RDA : type de contenu, type de média, type de support matériel

Le RDA, s’il fait bien du type de contenu (RDA § 6.9) et du type de média (RDA § 3.2) deux éléments distincts, ne va pas au-delà dans la granularité. C’est à dire qu’il a prévu un ensemble de combinaisons standard des différents aspects  du type de contenu prévus par l’ISBD (forme de contenu – spécification du type – spécification du mouvement – spécification de la dimensionnalité – spécification du sens sollicité), chacune de ces combinaisons formant une entrée dans le vocabulaire contrôlé correspondant.

Exemple :

Forme / type de contenu (ISBD & RDA)

De même, la combinaison de l’ISBD :

Image (cartographique ; fixe ; bidimensionnelle ; visuelle)

a pour équivalent dans RDA le type de contenu :

Image cartographique

qui veut dire tout ça à la fois. Les autres types de contenu relatifs à l’image dans RDA sont au nombre de six (image animée bidimensionnelle ; image animée tridimensionnelle ; image cartographique animée ; image cartographique tactile ; image fixe ; image tactile). C’est plus simple que l’ISBD lorsqu’on catalogue, puisqu’on a déjà anticipé sur les combinaisons les plus probables et qu’il suffit de choisir celle qui convient dans une liste.

Inconvénients : il est possible que des combinaisons n’aient pas été prévues (mais c’est prévu quand même : « Si aucun des termes dans la liste ci-dessus ne s’applique au contenu de la ressource décrite, enregistrer autre. » RDA § 6.9), et surtout ça laisse moins de liberté pour paramétrer ses facettes de recherche (on ne peut définir une facette sur la seule forme image qu’en regroupant les 7 types cités plus haut en une seule, idem si on en veut une sur l’aspect tactile, 7 types différents aussi, etc.), d’autant que beaucoup de place a été laissée à l’implicite dans le vocabulaire : ce qui n’est pas tridimensionnel est réputé bidimensionnel, sauf l’image animée — mais seulement lorsqu’elle n’est pas cartographique (on dit : image animée bidimensionnelle mais image animée cartographique tout court, qui s’oppose à image cartographique tridimensionnelle).

Bref : c’est plus simple lorsqu’on catalogue, mais ça laisse moins de latitude lorsqu’on paramètre les interfaces de recherche.

Le type de contenu et le type de média sont complétés dans RDA par un 3e élément : le type de support matériel (RDA § 3.3), pour lequel a été défini un vocabulaire contrôlé. Les trois éléments sont conçus comme un ensemble.

5. Dans le Sudoc, ce sera comment ?

5.1 Le format Unimarc

Les deux standards (ISBD et RDA) sont pris en compte dans les zones 181 et 182 du format Unimarc bibliographique. 181 pour la partie forme du contenu de la zone 0 ISBD ou l’élément type de contenu du RDA, 182 pour la partie type de médiation de la zone 0 ISBD ou l’élément type de média du RDA. Une zone 183 a également été définie pour l’élément Type de support matériel de RDA. Ce sont des zones de données codées. Comme le Marc21, l’Unimarc offre la possibilité d’encoder aussi ces divers éléments sous forme textuelle (zone 203 pour la zone 0 de l’ISBD ou les éléments Type de contenu et Type de média de RDA, zone 283 pour l’élément Type de support matériel de RDA), mais ces zones ne seront pas implémentées dans le Sudoc.

La zone 181 (Forme du contenu) comporte deux sous-zones de longueur fixe ($a, 2 positions, $b, 6 positions) pour refléter la conception analytique de la zone 0 de l’ISBD. Exemple :

$ai#$bxxxe##

pour : Texte (visuel). Voilà qui semble bien complexe pour exprimer si peu de chose, mais c’est tout simplement parce que la forme de contenu ($a) étant en l’occurrence du « texte » (valeur : i), les 3 premières positions de la sous-zone $b (qualificatifs de contenu) sont « non applicables », d’où ces trois valeurs « x » précédant la valeur « e » (pour « visuel »).

Le principe de cette zone est en effet celui de toute zone codée de longueur fixe dans laquelle s’enchaînent des éléments d’information signifiants en raison de leur position.

Si on veut utiliser la 181 pour RDA, on dispose juste d’une $c contenant un code à 3 caractères alphabétiques (défini pour le format MARC21) correspondant à chacun des types de contenu spécifiés dans la norme. Exemple :

$ctxt$2rdacontent

pour : Texte (qui est l’équivalent RDA de Texte (visuel) de l’ISBD). Cette $c n’est pas spécifique à RDA, mais à tout code de catalogage autre que l’ISBD. D’où la sous-zone $2 précisant de quel vocabulaire est issu le code figurant en $c.

La zone 182 (Type de médiation) n’a qu’une sous-zone ($a pour l’ISBD, $c pour RDA). En cas de $c, il faut une $2rdamedia. Exemple :

$an

ou :

$cn$2rdamedia

pour : immédiat (ISBD) ou sans médiation (RDA).

La zone 183 (RDA Type de support matériel), qui vient tout juste d’être créée dans le format Unimarc/B, n’a pas encore fait l’objet de spécifications pour une implémentation dans le Sudoc.

5.2 Catalogage

En catalogage ce sont les catégories du RDA qui seront proposées, pour des raisons de simplicité (c’est donc la sous-zone $c qui sera renseignée). La liste à utiliser comporte une grosse vingtaine de termes. Les catalogueurs auront à leur disposition une boîte de saisie avec une liste déroulante de libellés que nous espérons aussi parlants que possible.

5.3 Exports

Une table de correspondance a été établie entre la nomenclature RDA et les libellés ISBD, sur la base du vocabulaire RDA (toute combinaison théoriquement possible en ISBD, mais non prévue dans RDA, ne pourra être codée que comme « forme du contenu non définie »). Cette table permettra de générer automatiquement des zones 181 structurées selon l’ISBD ($a et $b). Les deux versions des zones 181 et 182 seront exportées en Unimarc. L’export en Marc21 est également prévu (zones 336 et 337).

5.4 Affichages

La conformité à l’ISBD sera respectée dans le seul affichage « i » (notice ISBD dans WinIBW). L’affichage « u » (avec libellés) de même que l’affichage public appliqueront une formulation plus simple.

5.5 Calendrier

Ces deux nouvelles zones (181 et 182) devraient être mises en production dans le courant de l’automne.

6. La zone 0 et le modèle FRBR

Dans le modèle FRBR, l’un des attributs de l’expression est sa forme :

On entend par « forme de l’expression » le moyen par lequel l’œuvre est réalisée (par exemple, sous forme de notation alphanumérique, de notation musicale, sous forme déclamée, sous forme de sons musicaux, d’image cartographique, d’image photographique, de sculpture, de danse, de mime, etc.).
FRBR, 2e éd. française, § 4.3.2 Forme de l’expression

On le voit, cette notion de forme de l’expression (FRBR) est très proche de celle de forme du contenu (ISBD).

Cependant une publication (manifestation) réunit fréquemment plusieurs œuvres différentes à travers leurs expressions respectives. Il suffit (par exemple) qu’un texte soit accompagné d’illustrations dans telle publication. Ou qu’une publication soit un recueil de choses plus ou moins homogènes quant au contenu (actes de congrès ou autres). À quoi alors d’applique la zone 0 ?

Côté ISBD les choses paraissent assez claires : on est au niveau de la manifestation. Même si, dès lors qu’on parle de contenu, on dit quelque chose de l’expression, ou des expressions de l’œuvre (ou des œuvres) réunies dans la publication, c’est bien sur le contenu global de celle-ci qu’on fournit des informations. La publication est prise comme un tout, et on donne une typologie de ce qu’elle contient.

Si la manifestation contient une seule œuvre, et une seule expression de celle-ci, la forme de contenu de la manifestation se trouve être aussi la forme de l’expression. « Texte (visuel) » est par exemple aussi bien la forme du contenu du livre Le vice-consul, de Marguerite Duras, publié par Gallimard en 1966 (manifestation) que celle de l’expression de l’œuvre contenue dans ce même livre. Cette expression constitue en effet à elle seule tout le contenu de ce livre : pas de préface, ni de postace, d’illustrations, rien que le texte de Marguerite.

Pour l’Unimarc : les zones 181 et 182 sont définies pour l’instant dans le format bibliographique seulement. La zone 181 devrait normalement être définie également dans le format des autorités à l’avenir, pour les notices d’expression.

Pour RDA, qui a son modèle FRBR à lui, l’élément Type de contenu est traité dans la partie du chapitre 6 Identification des œuvres et des expressions traitant de l’expression (§ 6.9). Il n’empêche que la pratique courante lorsque les données sont produites en Marc est d’intégrer cet élément aux notices bibliographiques (Marc21 : zone 336).

Si un jour il devient de pratique courante dans l’application de RDA de décrire systématiquement les expressions représentées dans une manifestation, je suis curieux de voir l’emploi qui sera fait de cet élément, et ce qui figurera alors dans les métadonnées des manifestations correspondantes…

Practicing for the circus, par seniwati sur Flickr
Practicing for the circus, par seniwati sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Les doigts dans l’eau bénite du RDA

  • 23 mai 2014

Os olhos do meu amor
São grãozinhos de pimenta
Namorei-os na igreja
Ao tomar da água benta.

Les yeux de mon amour
Sont des grains de poivre
J’en suis tombée amoureuse
En prenant l’eau bénite.

Arlindo de Carvalho (né en 1930). Verde limão

(Prudence lorsqu’on trempe les doigts dans l’eau bénite.)

C’est terrible comme le stress de devoir parler devant un auditoire, dans une circonstance et dans un lieu assez solennels — du moins insolites — vous enlève à vous-même. On y est plus ou moins sujet, mais moi, le trac me rend malade, même bien avant l’instant redouté. Quand cet instant arrive, et pendant toute le temps où il faut parler, dire des choses, et ensuite répondre à des questions, je suis incapable de raisonner normalement. Et l’âge bien sûr n’arrange rien, vu le nombre de neurones qui s’anéantissent à chaque minute qui passe.

Je ne sais pas ce que j’ai dit sur RDA avant-hier, aux Journées Abes. D’après des personnes qui sont venues me voir ensuite, j’ai dit que ça n’avait aucun intérêt, que ce n’était ni fait ni à faire. Ce que j’ai dit sur les formats Marc, je ne sais pas trop.

Non, je ne pense pas que RDA soit sans intérêt. Je pense au contraire que dans son genre il a de grandes qualités. C’est le premier code de catalogage complet qui envisage vraiment les données bibliographiques comme étant constituées d’entités distinctes en relation les unes avec les autres, et qui suggère qu’elles puissent aussi être mises en relation avec d’autres données (du web) dont la portée ne soit pas essentiellement bibliographique.

Nos règles françaises actuelles ne disent rien de cela. Cependant l’application que nous en faisons dans le Sudoc (par exemple) témoigne d’une approche comparable. Dans le Sudoc, on met réellement des notices bibliographiques en relation avec d’autres notices bibliographiques, des notices d’autorité avec d’autres notices d’autorité, et des notices bibliographiques avec des notices d’autorité. Autrement dit : ce qui est produit actuellement dans le Sudoc n’est pas très différent de ce qu’on peut produire en appliquant le RDA dans un système en Marc capable de gérer des liens entre notices. En tout cas structurellement, il n’y a aucune différence.

Sur certains points, RDA apporte du mieux. Il est possible d’intégrer ce mieux si nous le jugeons utile. Par exemple la mise en relation (obligatoire selon RDA) de la notice bibliographique avec une notice d’écrivant l’œuvre, ou les œuvres contenue(s). Ou encore l’élément Type de support matériel (RDA 3.3) qui complète les éléments Type de contenu (RDA 6.9) et Type de média (RDA 3.2). Le type de support y est exprimé dans un vocabulaire contrôlé pour lequel des valeurs codées peuvent être utilisées. C’est mieux que de le donner sous forme textuelle comme nous le faisons actuellement (dans la zone Unimarc 215/$a) : plus pratique pour l’échange international de données, et pour une sortie en RDF. Cet élément n’a pas de correspondance dans l’ISBD, contrairement aux deux autres (qui équivalent peu ou prou à Forme du contenu et Type de médiation dans la zone 0, bientôt implémentée dans le Sudoc).

Ce qui me semble un peu manqué dans RDA, c’est que cette FRBRisation du code s’apparente davantage (selon moi) à un lifting terminologique qu’à un changement profond. Dans RDA il y en a à la pelle du FRBR et du FRAD, il s’en est mis partout. Mais il n’y a pas eu d’effort de clarification de la notion d’expression par opposition à la notion d’œuvre (voir le billet De l’expression bordel !). Dans RDA la notion d’expression est à l’évidence confondue avec celle de contenu de la manifestation, ce qui n’est pas la même chose. Cette dernière est à rapprocher de l’œuvre de publication (ou plutôt de son expression en l’occurrence) dans FRBRoo.

Il n’y a pas eu non plus de réexamen de la méthode de description des publications de type ISBD, essentiellement fondée sur la transcription ordonnée des éléments d’information recueillis sur la publication à décrire. Loin d’être un spécialiste du RDF, j’ai quand même appris certaines choses dans le groupe de travail interne à l’Abes sur la restitution des données du Sudoc dans ce formalisme. Notamment, que les zones ISBD dans lesquelles l’ordre des éléments est signifiant sont compliquées à faire passer en RDF, parce que certains de ces éléments ne sont en réalité pas indépendants alors qu’ils sont déclarés comme tels. Ils n’ont de sens que mis en rapport avec celui auquel ils sont subordonnés. Exemple : une page de titre portant deux titres, un complément de titre et trois mentions de responsabilité. Se contenter d’étiqueter chacun des éléments indépendamment les uns des autres, c’est comme donner en vrac des pièces détachées sans aucune instruction d’assemblage. Quelle est la bonne combinaison ? Titre : complément du titre / mention de responsabilité. Titre / mention de responsabilité ; mention de responsabilité, ou Titre / mention de responsabilité ; mention de responsabilité. Titre : complément du titre / mention de responsabilité, ou une autre combinaison ? Si on tient à cette méthode d’identification des publications, autant considérer ce type de séquence comme un tout et donner des instructions en ce sens (ce qui n’est pas fait dans le RDA). Ou autoriser le recours à une technique d’encodage des éléments de la source d’information, genre TEI, qui pourrait être utilisée conjointement avec du RDF.

Ou encore considérer que, du moins pour les ressources contemporaines, la description d’une ressource à des fins d’identification peut se faire autrement. D’ailleurs, c’est encore et toujours la suprématie des ressources textuelles qui a décidé de l’orientation des règles. Les enregistrements sonores n’ont jamais eu de page de titre, ni rien qui puisse en tenir lieu. L’identification de cette sorte de ressource passe par l’usage de titres normalisés (identification des œuvres et des expressions musicales), la consignation des noms des interprètes, des circonstances de l’enregistrement (la date surtout), et des données éditoriales et commerciales.

Quant aux formats Marc, ils sont faits pour des notices « à l’ancienne », que par la force des choses nous produisons encore. Et RDA entre parfaitement dedans. Les formats Marc lui vont à merveille. Il est fait pour les vêtements démodés — ou plutôt tellement classiques qu’ils sont indémodables. Il n’aime pas ces matières modernes, ces coupes d’avant-garde, non… dès qu’il essaie d’entrer dedans il les fait craquer, quelque chose ne va pas. Les bras, le buste ça passe, ça le rajeunirait même, mais ça coince au niveau de la taille.

Roma Foro Boario água benta, par patcarmo sur Flickr
Roma, Foro Boario, água benta, par patcarmo sur Flickr

………

Dans la même session RDA vu de l’intérieur aux Journées Abes 2014 : Formations aux pré-requis : retours d’expérience, par Émilie Liard, SCD de l’université de Poitiers.

Notes en vrac

  • 25 octobre 2013

Giorgio de Chirico (1888-1978). La stazione di Montparnasse (1914 ; Paris), 140 x 184,5 cm. Museum of Modern Art, New York, États-Unis.
Giorgio de Chirico (1888-1978). La stazione di Montparnasse (1914), 140 x 184,5 cm. New York (États-Unis), Museum of Modern Art.

J’écris ces notes — qui sortent en vrac — dans le train, après la journée RDA, FRBR état des lieux organisée par la FULBI jeudi 17. (J’y étais invité pour présenter les progrès de la FRBRisation du Sudoc : je n’avais rien à dire, rien. Une situation des plus gênantes. Réduit à un babil d’ameublement. Heureusement les autres intervenants avaient des choses à dire quant à eux, et j’ai trouvé la journée très intéressante.)

Je me pose encore les mêmes questions à propos de ce projet SGBM et d’un futur Sudoc : faut-il passer au RDA ou pas, est-ce qu’un code de catalogage peut vraiment intégrer les FRBR, est-ce qu’il ne faut pas dépasser les FRBR, est-ce qu’on peut trouver une autre inspiration dans FRBRoo … Je ne sais pas.

Mais il me semble qu’il faut découpler les problématiques respectives du RDA et du modèle FRBR. On le voit, la Bibliothèque du Congrès le montre : on peut appliquer le RDA sans vraiment produire de données FRBRisées. Et plus j’y pense, plus je crois que des catalogueurs d’une BU ou autre ne feront jamais l’effort d’identifier l’œuvre, encore moins les œuvres, contenue(s) dans la publication à traiter. Cela tant que les règles de catalogage, et les interfaces de saisie, privilégieront l’aspect contenant par rapport à l’aspect contenu. Ou plutôt : obligeront à voir l’objet à décrire par ce bout-là de la lorgnette.

C’est pourquoi je me dis parfois : passons au RDA quoiqu’il en coûte, faisons-le, débarrassons-nous de ce problème-là. Ce qui nous permettra de nous poser la vraie question : maintenant comment fait-on pour sortir du catalogue traditionnel ? (Pour le dynamiter.)

Autre chose : pour construire des applications FRBR, il importe de ne considérer le modèle que comme une référence (rappelons qu’il a été conçu dans les années 1990, à partir des données de l’époque). Il faut le critiquer, le discuter, l’adapter. C’est ce qui a été fait par exemple pour la conception du nouveau système de production d’Electre  (présenté à la journée FULBI), et dans une moindre mesure dans Data.bnf.fr. Je ne suis pas sûr que la notion d’œuvre au sens strictement FRBR soit réellement représentée dans le modèle Electre, et c’est tant mieux. À mon sens les contours de l’entité œuvrefrbr sont difficiles, sinon impossibles, à normaliser (ce qui est d’ailleurs anticipé dans le modèle). L’entité expressionfrbr ou un équivalent, niveau pertinent pour la gestion des droits d’auteur sur les contenus, me semble moins problématique. De ce point de vue le RDA n’est certainement pas le bon outil, à moins d’être appliqué très librement. Tel qu’il est, le RDA est au contraire un bon moyen de cantonner un peu plus longtemps les bibliothécaires (et les bibliothèques) dans leur culture propre.

Ce qui est remarquable dans la réalisation d’Electre, c’est que compte tenu d’un éventail d’utilisateurs potentiels incluant les professionnels de l’édition, de la librairie et des bibliothèques, on s’est sincèrement interrogé sur les besoins qu’on avait ou qu’on allait avoir, et qu’on n’a pas hésité à changer complètement de point de vue, d’angle d’attaque, dans la production des métadonnées. On n’a pas craint de se projeter dans un univers entièrement différent.

À ce moment précis, je suis distrait de mes réflexions désordonnées par le type à côté de moi, qui téléphone aussi discrètement que possible, mais que j’entends distinctement dire ceci : il n’est pas bête, pas comme sa mère. Qui est cette mère ? Son ex-femme ? Sa belle-sœur ? Une collègue ? Puis un nouvel incident assez amusant, relatif cette fois à mon antipathique vis-à-vis, renchérit sur celui-ci. Plus moyen de penser aux FRBR etc. De toute façon je tourne en rond.

Avec ça on n’est même pas à Bordeaux encore. Ce retour en train est interminable.

Rébus Express. Émission du 8 mars 1962. 1ère partie / Maurice Brunot, réalisateur ; Office national de radiodiffusion télévision française, producteur. (Interlude).
Diffusion : INA [Institut national de l’audiovisuel (France)]. Accès : http://www.ina.fr/video/CPF86643387/rebus-express-1-ere-partie-video.html.

Le malentendu RDA (employé pour : AACR3 ?)

  • 14 octobre 2013

Stockholm (Suède), 19 septembre 2013
Stockholm (Suède), 19 septembre 2013

La réunion annuelle des membres d’EURIG s’est tenue fin septembre à Stockholm, jolie ville impeccable, où même les éléments d’architecture authentiquement très anciens ont l’air d’avoir été exécutés avec un soin minutieux dans les années 1980. Nous étions confortablement reçus à la Bibliothèque royale, Kungliga biblioteket, et gratifiés à de fréquents intervalles de carrés de pain de mie avec des choses dessus (à manger).

On prendra connaissance du compte-rendu de la réunion, dressé par Françoise Leresche (BnF), sur la page du site RDA en France consacrée aux travaux internationaux relatifs au RDA.

Cette réunion d’EURIG était la première depuis l’entrée en vigueur du RDA comme code de catalogage dans un certain nombre de bibliothèques d’envergure, parmi lesquelles la LC [Library of Congress] et la BL [British Library]. Trop tôt sans doute pour un premier bilan (qui n’était d’ailleurs pas à l’ordre du jour).

Cependant, au cours de la réunion, quelqu’un — Daniel van Spanje, représentant à la fois OCLC-Leiden et le réseau des bibliothèques de lecture publique néerlandaises — a dit qu’il faudrait quand même savoir à partir de quand une notice pouvait être labellisée RDA, vu que celles produites par la LC (il aurait pu dire la même chose de celles de la BL) ne comportent pas l’identification des œuvres, alors que cet élément est core (fondamental, et donc obligatoire). Ça me rappelle quelque chose… (cf. Journées Abes 2013). Sans cet élément (et pour ma part j’ajouterais : sans l’identification de l’expression, mais RDA n’en fait pas obligation), les notices bibliographiques ne sont pas FRBRisées. Certes la feue indication générale du type de document (élément présent dans les AACR2 et les anciennes éditions de l’ISBD) est dûment remplacée dans les notices MARC par des zones exprimant la forme du contenu, le type de médium et le type de support, mais pour le reste, en dehors de quelques nouveautés, rien n’a fondamentalement changé. C’est-à-dire qu’on est passé, dans ces établissements, des AACR2 à… des AACR3.

Cette carence flagrante de l’identification de l’œuvre nuit à la réputation du RDA : elle laisse penser que le code est impossible à appliquer. Et pas parce que la LC, la BL et les autres travaillent toujours en MARC : il est parfaitement possible, même en MARC, d’identifier l’œuvre, que ce soit au moyen d’une zone de lien, ou par une simple zone textuelle (puisque la LC ne fait pas de liens entre notices). Est-ce que cela, s’autoriser à négliger un des éléments fondamentaux du RDA (le plus fondamental de tous, celui qui dit clairement : on applique le modèle FRBR), n’est pas une manière d’avouer : RDA: no we can’t ?

Quant aux bibliothèques françaises relevant du réseau de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, compte tenu du projet SGBM qui démarre, il leur faut assez vite traiter la question : RDA, ou pas RDA ?

En faveur du RDA :

  • le code, à tort ou à raison, marque des points au niveau international grâce à un travail incessant de communication qui fonctionne. Dans plusieurs pays on considère que puisque le RDA est porté par la LC, il s’impose de facto comme code international, et qu’il n’y a pas à tergiverser. C’est le cas en Allemagne, où la décision de retenir le RDA est prise de longue date (alors qu’on n’y applique pas les AACR2, mais un ensemble de règles spécifiques, utilisé aussi en Autriche, les RAK). Prévue initialement pour 2013, l’entrée en vigueur du RDA y a été repoussée à 2015.
  • Le RDA est bien représenté dans l’Open Metadata Registry, ce qui rend ses éléments, vocabulaires, etc. disponibles pour l’expression des métadonnées en RDF. (Le modèle FRBR et l’ISBD — qui ne traite que de la description des ressources, c’est-à-dire, grosso modo, de la manifestation FRBR — sont dans le même cas.)

En défaveur du RDA :

  • Le code est encore incomplet (l’indexation matières n’est toujours pas traitée ; des travaux sont en cours à ce sujet)
  • On peut être sceptique sur son aptitude à réellement produire des métadonnées FRBRisées, soit parce qu’il est difficile à appliquer (cf. supra), soit pour des raisons plus profondes (voir le billet FRBR : de l’expression bordel !)
  • Sans identification de l’œuvre, le RDA ne présente guère d’avancées significatives par rapport à un ensemble de règles qui serait constitué de l’ISBD intégré et du reste des règles françaises actuelles (choix et structure des points d’accès).

Si RDA, des questions devront être réglées avant de s’y lancer, parmi lesquelles :

  • Le RDA ménage beaucoup d’options d’application : les choix doivent être opérés et consignés dans une sorte de profil d’application destiné à un contexte d’utilisation spécifique (par exemple : les bibliothèques du réseau Sudoc). Qui rédigera ce profil ? Si c’est l’Abes : quand, et avec quels moyens humains ?
  • Il y aura lieu de former les catalogueurs au nouveau code, dont l’organisation interne n’a rien à voir (rien à voir) avec celle des règles françaises actuelles. Ce point est délicat : il faudra d’abord constituer un vivier national de formateurs qui devront donc acquérir les connaissances nécessaires, puis mettre en place des sessions dans les CRFCB. La question se pose en particulier pour l’Abes, dont aucun agent ne dispose actuellement de l’expertise nécessaire.
  • La question de la formation amène celle de l’aide au catalogage, et de la maintenance de l’éventuel profil d’application qui aura été défini (cf. supra). Ces tâches devraient en toute logique incomber à l’Abes. Il faudra donc en définir les conditions. Quid du réseau Sudoc actuel ? L’Abes devra-t-elle mener en parallèle l’aide au catalogage selon les normes actuelles (et la maintenance du Guide méthodologique) et l’équivalent pour le RDA ? Ou bien sera-ce le RDA pour tout le monde ? (On boucle alors sur la question de la formation, qui devient une opération à grande échelle).
  • Une autre question mérite d’être posée : quel sera le périmètre documentaire de l’utilisation du RDA ? Les seules ressources « analogiques », dont l’importance relative décline au profit des ressources électroniques ? Ou bien… ?

En cas d’adoption rapide du RDA dans le réseau des BU (je dis BU pour faire court), il y aurait en outre lieu de réexaminer les conditions de la participation de celui-ci au projet RDA en France (dont le groupe stratégique était jusqu’au départ de Raymond Bérard pour l’INIST présidé par le directeur de l’Abes, et dans le cadre duquel il a été décidé de ne pas appliquer RDA dans l’immédiat).

En résumé : une décision d’appliquer RDA pour faire comme tout le monde (ce qui peut se justifier) aurait un prix, qu’il vaudrait mieux évaluer avant d’avoir à le payer.

Ceci sans préjudice de l’utilisation ou non de BIBFRAME lorsqu’il sera stabilisé.

………………

L’an prochain, la réunion EURIG aura lieu à Vienne, patrie du Wiener Schnitzel et de la Sachertorte — et capitale du seul pays au monde capable de rivaliser avec la France en matière de pâtisserie.

Et c’est bientôt Noël.