Une déclaration de la Bibliothèque nationale d’Espagne sur RDA

  • 18 décembre 2014

Biblioteca Nacional de España, par Nathan Rupert sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)Biblioteca Nacional de España, par Nathan Rupert sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

La déclaration suivante a été publiée il y a environ une heure sur le site de la Bibliothèque nationale d’Espagne (BNE). Elle a également été diffusée via la liste de discussion RDA-L, et été transmise aux membres d’EURIG (European RDA Interest Group). On constate que l’analyse, désormais officielle, de la BNE est très proche de celle qui prévaut en France. Rappelons que l’Espagne, comme la France, est un pays de tradition « ISBD » (par opposition à AACR2, ce qui est le cas du Portugal voisin).

Il s’ensuit logiquement que les processus de transition bibliographique menés de part et d’autre des Pyrénées sont convergents.

………

Texte publié

On en trouvera une traduction française partielle à la suite du texte anglais.

National Library of Spain Statement relating to RDA

RDA is becoming a de facto international standard. At present, RDA is being used in the main libraries of the world, especially Anglo-Saxon ones, as well as in several European National Libraries. In addition, taking into account that RDA is the natural continuation of AACR2, it is presumably that which will be implemented widely in Latin America.

RDA, therefore, will increase its presence in the field of large collective catalogues, such as OCLC, and bibliographic information services provided by publishers and other related platforms. In Spain, as the survey conducted this year on the subject made clear, a good number of libraries expressed their intention to migrate to this new standard (Biblioteca de Catalunya, Biblioteca de Galicia, many of the university libraries, etc.).

The National Library of Spain (BNE) is actively seeking an alignment with RDA that doesn’t involve a sudden break in our current cataloging practices. We believe that RDA focuses on two main goals which the BNE currently considers of prime importance, such as FRBRization and linked data development. However, we find some obstacles that discourage RDA implementation at this moment:

  • The standard is still undergoing major changes in its drafting through periodical revisions. Furthermore, some RDA chapters are still to be written.
  • Current format environment, based on MARC 21, doesn’t provide enough flexibility to take advantage of RDA FRBR-based structure. The role of BIBFRAME, supposedly the natural replacement for MARC 21, is not clear in the short term and its development is being even questioned in North America. We think ILMS development will be decisive in this new context.
  • A move from Spanish Cataloguing Rules to RDA would involve a number of major changes in legacy data -especially regarding access points- where potential benefits currently do not appear to worth the great effort required.
  • Last but not least, the current economic situation would not allow many Spanish institutions to assume the costs (licenses of RDA Toolkit, training, etc.) of RDA implementation.

These are the reasons why the BNE has decided not to adopt the new standard for the time being. This does not mean, however, that the BNE is rejecting any further decision in the future.

In this approach to RDA, the BNE will go in depth regarding the development of controlled vocabularies and the use of new MARC 21 fields created for RDA elements. We will also continue investigating key aspects where RDA comes into conflict with Spanish cataloguing tradition, assessing the cost/benefit ratio of each decision to be taken. Given that the results of the survey regarding RDA in Spain show that most Spanish libraries are looking at the BNE decision in order to make a move, we will create a specific information channel on our website to communicate decisions taken and to handle enquiries and comments from the Spanish library community.

Biblioteca Nacional de España, December 17th, 2014.

Traduction française partielle

Déclaration de la Bibliothèque nationale d’Espagne au sujet de RDA

[…]

La Bibliothèque nationale d’Espagne s’efforce de rechercher un alignement de ses règles avec RDA tout en évitant d’introduire une rupture trop forte dans les pratiques catalographiques actuelles. Deux des objectifs principaux de RDA, la FRBRisation et l’ouverture au Linked data, sont considérés prioritaires par la BNE. Cependant nous considérons que des obstacles à l’application immédiate de RDA existent :

  • Le code, qui est révisé périodiquement, est encore dans un processus évolutif de grande ampleur. De surcroît certains chapitres de RDA restent à écrire.
  • L’environnement actuel en matière de formats, fondé sur MARC 21, ne procure pas suffisamment de souplesse pour profiter pleinement d’une structure fondée sur les FRBR. Le rôle de BIBFRAME, dont on peut penser qu’il est le remplaçant naturel de MARC 21, est encore flou à court terme, et certains s’interrogent même sur son devenir en Amérique du Nord. L’évolution des SGB devrait s’avérer décisive sur ce point.
  • Un passage des règles de catalogage espagnoles à RDA supposerait des changements importants par rapport aux données rétrospectives — notamment en ce qui concerne les points d’accès — changements dont le bénéfice potentiel ne semble pas actuellement à la mesure de l’important effort à consentir.
  • Enfin, et ce n’est pas le moindre des arguments, la situation économique actuelle ne permet pas aux institutions espagnoles de faire face aux coûts induits par l’application de RDA (licences du RDA Toolkit, formation, etc.)

Pour toutes ces raisons, la BNE a décidé de ne pas adopter RDA pour le moment. Ceci ne signifie nullement que la BNE n’envisage pas de réviser cette décision ultérieurement.

L’approche retenue par la BNE consiste à suivre de près l’évolution des vocabulaires contrôlés et celle de l’usage des nouvelles zones MARC 21 créés pour les éléments de RDA. Nous continuerons en outre à analyser les points de désaccord entre RDA et les traditions espagnoles de catalogage, tout en évaluant le rapport coût / bénéfice de chacune des décisions à prendre.

[…]

Biblioteca Nacional de España, 17 décembre 2014.

———

Sara Montiel (1928-2013) | Agua que no has de beber. Juan Martínez Abades, paroles et musique ; Sara Montiel, chant ; accompagnement d’orchestre. Extrait du film La violetera (1958), réalisateur Luis César Amadori.

Agua que no has de beber déjala correr
Déjala, déjala

L’eau que tu n’es pas obligé de boire, laisse-la couler
Laisse-la, laisse-la.

Advertisements

Publié le 18 décembre 2014, dans RDA, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

Les personnes disposent d’un droit d’accès aux informations contenues dans cette zone de texte. Les informations que vous y inscrivez doivent être pertinentes au regard du contexte. Elles ne doivent pas comporter d’appréciation subjective, ni faire apparaître, directement ou indirectement les origines raciales, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses, les appartenances syndicales ou les mœurs de la personne concernée.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :