Archives du blog

RDA-FR devient RFA

  • 1er avril 2016

Parce que nous sommes à l’Ouest.

Carlo Mirante. Nella rete dei pescatori
Nella rete dei pescatori, par Carlo Mirante sur Flickr (CC BY 2.0).

C’est une décision qui, tout bien considéré, n’a rien de surprenant.

Elle a été annoncée ce matin par les deux ministères de tutelle, « reconnaissant [que] l’approche française quant à l’application du modèle FRBR diffère de celle à l’œuvre dans RDA » et que certains besoins des bibliothèques françaises, notamment la BNF, « semblent ne pas devoir être pris en compte » dans le code international. L’homonymie avec RDA (Research Data Alliance) aurait également pesé dans la décision nationale.

RFA est développé dans le cadre de l’initiative Transition bibliographique.

Un poisson sur trois

  • 7 avril 2014

Non, il n’est pas question de quatre chiffres au lieu de trois dans les étiquettes du Marc21 ni de l’Unimarc. Le billet Tout augmente est de pure fantaisie, du moins sur ce point précis : nombreux sont ceux qui auront noté qu’il a été publié un 1er avril, jour de grande marée.

Voici deux autres poissons possibles, destinés plutôt à une diffusion via les listes professionnelles liées au Sudoc, mais qui n’ont pas été mis en circulation. Y auriez-vous cru ?

………

Bonjour,

La directive européenne 2012/786/CE sur l’usage du symbole de la monnaie unique, transposée en droit français par le décret n° 2014-61R du 14 janvier 2014, restreint l’usage de symboles monétaires autres que celui de l’euro, et en interdit désormais l’emploi dans un certain nombre de cas, notamment « en tant que séparateur d’éléments de données dans les bases de données et les services en ligne ». Ces symboles doivent être remplacés par celui de l’euro.

Conformément à ce décret, c’est donc le signe « € » qui remplacera le signe « $ » dans les affichages MARC du Sudoc, ceci à compter du 1er juin 2014.

Bien cordialement.

………

Bonjour,

Des mesures effectuées régulièrement sur les serveurs hébergeant les applications et les données gérées par l’ABES font apparaître depuis quelques jours un niveau de radioactivité supérieur à la normale. Comme vous le savez sans doute (cf. http://www.donneesetradioactivite.france.org) les bases de données absorbent la radioactivité, et les données deviennent à leur tour sources de rayonnement dans certaines conditions. Il paraît prudent de procéder à des évaluations sur vos propres serveurs de données dès lors que vous y avez intégré les transferts réguliers du Sudoc ces jours derniers, voire de mettre en place les mesures appropriées de protection des personnes.

Nous vous prions de nous excuser pour ce désagrément, et vous remercions de votre compréhension.

Bien cordialement.

………

Retour à des sujets rébarbatifs très prochainement. Un billet fort long et fort ennuyeux est en cours d’écriture.

Pesce, par Maurizio Neri sur Flickr
Pesce, par Maurizio Neri sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Tout augmente

  • 1er avril 2014

Attention ! Lire aussi Un poisson sur trois.

On sait que la structure du format bibliographique Marc21, très proche de l’organisation de la fiche des catalogues d’autrefois (« vedette principale » en haut, suivie du pavé descriptif et des « rappels de vedette ») présente quelques faiblesses intrinsèques quant au repérage des entités FRBR desquelles relèvent les différents éléments de la notice.

Par exemple : un point d’accès auteur est soit la « vedette principale » de la notice (zone 100 pour un nom de personne, 110 pour un nom de collectivité etc.), soit un « autre accès auteur » (700, 710). Dans ce second cas l’étiquette Marc ne permet pas de différencier une fonction de co-auteur (co-créateur selon la terminologie FRBR, c’est à dire relevant du niveau de l’œuvre) d’une fonction relative aux autres niveaux des FRBR, que ce soit l’expression (traducteur, mettons), la manifestation ou l’item (ancien possesseur ou autre).

Marc21 : 4 chiffres au lieu de 3

C’est pourquoi, bien tardivement il est vrai, il est envisagé d’y remédier : les étiquettes du format Marc21 devraient passer à 4 chiffres (au lieu de 3), le premier de ces chiffres exprimant l’entité FRBR du groupe 1 de laquelle relève l’élément enregistré dans la zone, selon le schéma suivant : œuvre : 1 ; expression : 2 ; manifestation : 3 ; item : 4 ; plusieurs niveaux : 8 ; niveau indéterminé : 0.

La zone 245 (titre et mention de responsabilité, niveau de la manifestation) devient donc : 3245.
La zone 100 (« vedette principale » auteur, nom de personne, niveau de l’œuvre) devient : 1100.
La zone 700 (« autre accès auteur », nom de personne) devient, suivant le cas : 1700 (niveau de l’œuvre), 2700 (niveau de l’expression), 3700 (niveau de la manifestation), ou 4700 (niveau de l’item).

Et ainsi de suite.

Et l’Unimarc ?

On pourrait penser a priori qu’une telle disposition, propre au Marc21, n’aura aucune incidence sur l’Unimarc.

Or, pour que la modification structurelle envisagée pour le Marc21 soit viable, il sera nécessaire d’aménager dans le même sens la norme ISO 2709, qui constitue le modèle général des formats Marc. Tous les formats Marc, bibliographiques et d’autorité, sont donc potentiellement impactés.

Ce sujet est à l’ordre du jour de la prochaine réunion du PUC (Permanent Unimarc Committee), les 12 et 13 mai prochains. Il va sans dire que la perspective d’un aménagement aussi lourd, alors que les formats Marc sont réputés moribonds (mais pas tant que ça apparemment), est accueillie sans enthousiasme.

A fish called Wanda (1988). Extrait. Charles Crichton, réalisateur ; John Cleese & Charles Crichton, scénario ; John Cleese, Jamie Lee Curtis, Kevin Kline, Michael Palin…, acteurs. Production : Metro-Goldwyn-Mayer. Royaume-Uni & États-Unis, 1988.
Titre français : Un poisson nommé Wanda.