Les doigts dans l’eau bénite du RDA

  • 23 mai 2014

Os olhos do meu amor
São grãozinhos de pimenta
Namorei-os na igreja
Ao tomar da água benta.

Les yeux de mon amour
Sont des grains de poivre
J’en suis tombée amoureuse
En prenant l’eau bénite.

Arlindo de Carvalho (né en 1930). Verde limão

(Prudence lorsqu’on trempe les doigts dans l’eau bénite.)

C’est terrible comme le stress de devoir parler devant un auditoire, dans une circonstance et dans un lieu assez solennels — du moins insolites — vous enlève à vous-même. On y est plus ou moins sujet, mais moi, le trac me rend malade, même bien avant l’instant redouté. Quand cet instant arrive, et pendant toute le temps où il faut parler, dire des choses, et ensuite répondre à des questions, je suis incapable de raisonner normalement. Et l’âge bien sûr n’arrange rien, vu le nombre de neurones qui s’anéantissent à chaque minute qui passe.

Je ne sais pas ce que j’ai dit sur RDA avant-hier, aux Journées Abes. D’après des personnes qui sont venues me voir ensuite, j’ai dit que ça n’avait aucun intérêt, que ce n’était ni fait ni à faire. Ce que j’ai dit sur les formats Marc, je ne sais pas trop.

Non, je ne pense pas que RDA soit sans intérêt. Je pense au contraire que dans son genre il a de grandes qualités. C’est le premier code de catalogage complet qui envisage vraiment les données bibliographiques comme étant constituées d’entités distinctes en relation les unes avec les autres, et qui suggère qu’elles puissent aussi être mises en relation avec d’autres données (du web) dont la portée ne soit pas essentiellement bibliographique.

Nos règles françaises actuelles ne disent rien de cela. Cependant l’application que nous en faisons dans le Sudoc (par exemple) témoigne d’une approche comparable. Dans le Sudoc, on met réellement des notices bibliographiques en relation avec d’autres notices bibliographiques, des notices d’autorité avec d’autres notices d’autorité, et des notices bibliographiques avec des notices d’autorité. Autrement dit : ce qui est produit actuellement dans le Sudoc n’est pas très différent de ce qu’on peut produire en appliquant le RDA dans un système en Marc capable de gérer des liens entre notices. En tout cas structurellement, il n’y a aucune différence.

Sur certains points, RDA apporte du mieux. Il est possible d’intégrer ce mieux si nous le jugeons utile. Par exemple la mise en relation (obligatoire selon RDA) de la notice bibliographique avec une notice d’écrivant l’œuvre, ou les œuvres contenue(s). Ou encore l’élément Type de support matériel (RDA 3.3) qui complète les éléments Type de contenu (RDA 6.9) et Type de média (RDA 3.2). Le type de support y est exprimé dans un vocabulaire contrôlé pour lequel des valeurs codées peuvent être utilisées. C’est mieux que de le donner sous forme textuelle comme nous le faisons actuellement (dans la zone Unimarc 215/$a) : plus pratique pour l’échange international de données, et pour une sortie en RDF. Cet élément n’a pas de correspondance dans l’ISBD, contrairement aux deux autres (qui équivalent peu ou prou à Forme du contenu et Type de médiation dans la zone 0, bientôt implémentée dans le Sudoc).

Ce qui me semble un peu manqué dans RDA, c’est que cette FRBRisation du code s’apparente davantage (selon moi) à un lifting terminologique qu’à un changement profond. Dans RDA il y en a à la pelle du FRBR et du FRAD, il s’en est mis partout. Mais il n’y a pas eu d’effort de clarification de la notion d’expression par opposition à la notion d’œuvre (voir le billet De l’expression bordel !). Dans RDA la notion d’expression est à l’évidence confondue avec celle de contenu de la manifestation, ce qui n’est pas la même chose. Cette dernière est à rapprocher de l’œuvre de publication (ou plutôt de son expression en l’occurrence) dans FRBRoo.

Il n’y a pas eu non plus de réexamen de la méthode de description des publications de type ISBD, essentiellement fondée sur la transcription ordonnée des éléments d’information recueillis sur la publication à décrire. Loin d’être un spécialiste du RDF, j’ai quand même appris certaines choses dans le groupe de travail interne à l’Abes sur la restitution des données du Sudoc dans ce formalisme. Notamment, que les zones ISBD dans lesquelles l’ordre des éléments est signifiant sont compliquées à faire passer en RDF, parce que certains de ces éléments ne sont en réalité pas indépendants alors qu’ils sont déclarés comme tels. Ils n’ont de sens que mis en rapport avec celui auquel ils sont subordonnés. Exemple : une page de titre portant deux titres, un complément de titre et trois mentions de responsabilité. Se contenter d’étiqueter chacun des éléments indépendamment les uns des autres, c’est comme donner en vrac des pièces détachées sans aucune instruction d’assemblage. Quelle est la bonne combinaison ? Titre : complément du titre / mention de responsabilité. Titre / mention de responsabilité ; mention de responsabilité, ou Titre / mention de responsabilité ; mention de responsabilité. Titre : complément du titre / mention de responsabilité, ou une autre combinaison ? Si on tient à cette méthode d’identification des publications, autant considérer ce type de séquence comme un tout et donner des instructions en ce sens (ce qui n’est pas fait dans le RDA). Ou autoriser le recours à une technique d’encodage des éléments de la source d’information, genre TEI, qui pourrait être utilisée conjointement avec du RDF.

Ou encore considérer que, du moins pour les ressources contemporaines, la description d’une ressource à des fins d’identification peut se faire autrement. D’ailleurs, c’est encore et toujours la suprématie des ressources textuelles qui a décidé de l’orientation des règles. Les enregistrements sonores n’ont jamais eu de page de titre, ni rien qui puisse en tenir lieu. L’identification de cette sorte de ressource passe par l’usage de titres normalisés (identification des œuvres et des expressions musicales), la consignation des noms des interprètes, des circonstances de l’enregistrement (la date surtout), et des données éditoriales et commerciales.

Quant aux formats Marc, ils sont faits pour des notices « à l’ancienne », que par la force des choses nous produisons encore. Et RDA entre parfaitement dedans. Les formats Marc lui vont à merveille. Il est fait pour les vêtements démodés — ou plutôt tellement classiques qu’ils sont indémodables. Il n’aime pas ces matières modernes, ces coupes d’avant-garde, non… dès qu’il essaie d’entrer dedans il les fait craquer, quelque chose ne va pas. Les bras, le buste ça passe, ça le rajeunirait même, mais ça coince au niveau de la taille.

Roma Foro Boario água benta, par patcarmo sur Flickr
Roma, Foro Boario, água benta, par patcarmo sur Flickr

………

Dans la même session RDA vu de l’intérieur aux Journées Abes 2014 : Formations aux pré-requis : retours d’expérience, par Émilie Liard, SCD de l’université de Poitiers.

Publicités

Publié le 23 mai 2014, dans Journées d'étude, Non classé, RDA, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Merci Philippe pour cet éclaircissement.
    Tu nous a pas mal déstabilisé mercredi.
    On peut reprendre nos formations RDA dans la joie et la bonne humeur.

    • Ah, quelle affaire ! La prochaine fois — s’il y en a une, le ciel nous en préserve — je prendrai des substance stupéfiantes avant. De l’eau de javel, de la naphtaline, de l’eucalyptus, de l’éther, de la colle.

      • Oh non, pas de telles extrémités !
        C’est un plaisir de t’entendre et ça nous fait cogiter.

  2. Reprendre les formations RDA, oui pourquoi pas mais il faut tout de même dire aussi qu’on ne va pas utiliser RDA du moins pour l’instant … et personnellement je suis assez satisfaite d’avoir des arguments pour expliquer pourquoi

Les personnes disposent d’un droit d’accès aux informations contenues dans cette zone de texte. Les informations que vous y inscrivez doivent être pertinentes au regard du contexte. Elles ne doivent pas comporter d’appréciation subjective, ni faire apparaître, directement ou indirectement les origines raciales, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses, les appartenances syndicales ou les mœurs de la personne concernée.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :