Archives du blog

Mais qu’est-ce qu’il se passe ? (1) EURIG

Helsinki (Finlande), 17 août 2012
Helsinki (Finlande), 17 août 2012

Il s’en passe des choses, et il s’en est passé… Énormément. Tellement qu’on ne peut pas tout dire à la fois.

Commençons par le travail qui s’effectue dans le cadre d’EURIG (European RDA Interest Group).

Documents transmis par EURIG au JSC

Suite à la réunion technique d’EURIG tenue à Paris le 27 janvier 2012, quatre propositions européennes d’aménagement de RDA, plus un « discussion paper » (i. e. un document exposant une problématique et indiquant des pistes de travail pour la résoudre) ont été transmis au JSC (Joint Steering Committee for Development of RDA). Les voici telles qu’elles se présentent sur le site du JSC :

6JSC/EURIG/1 Addition of examples in RDA 6.12.1.3 and 6.27.3 [.pdf]
6JSC/EURIG/2 Date of expression – Revision of RDA 6.10.1.1 and 6.10.1.3 [.pdf]
6JSC/EURIG/3 Language of expression – Revision of RDA 6.11, 6.11.1.3, 6.11.1.4, 7.12.1.3, 26.1.1.3 [.pdf]
6JSC/EURIG/4 Musical arrangements – Revision of RDA 6.18.1.4 and 6.28.3.2.1 [.pdf]
6JSC/EURIG/Discussion/1 Musical arrangements: discussion paper [.pdf]

Ces cinq documents ne représentent qu’une petite partie de la masse de tous ceux, émanant des « constituencies » du JSC ou d’organismes externes comme EURIG, qui vont être examinés par le JSC du 5 au 9 novembre prochains. 63 au total si j’ai bien compté. Ils figurent sur cette page qui recense les documents de travail soumis au JSC, ou qui en émanent (ceux qui vont être examinés à la réunion de novembre ont 6JSC en début de référence, et une date postérieure à mars 2012). Ils sont regroupés par rubriques selon leurs sources puis leurs références, chaque rubrique comportant le document initial et les réactions des autres organismes audit document (par exemple pour ceux d’EURIG).

Groupe de travail sur les « agrégats »

Toujours dans la continuité de la réunion technique de Paris, le groupe de travail sur les « agrégats » s’est réuni pendant le congrès IFLA de Helsinki en août dernier, autour de deux documents rédigés et défendus par la France (ABES & BnF), portant sur les mauvais traitements infligés dans RDA aux illustrations et aux compilations :

Les arguments développés reposent à la fois sur une analyse préalable [.pdf] de la problématique des agrégats par le FRBR Working Group on Aggregates et sur des considérations pratiques, nourries d’une expérience des données liées dans des catalogues tels que le Sudoc ou le catalogue général de la BnF.

Approuvés à Helsinki par le groupe de travail (dont la réunion était ouverte à de nombreux observateurs, membres d’EURIG ou non), les deux argumentaires ont dû être à nouveau présentés — et défendus — lors de la réunion officielle d’EURIG (Madrid, 21 septembre 2012). Ils sont dorénavant validés, et la France est chargée de les transformer en « discussion papers » à l’intention du JSC (pour présentation dans un an, à l’automne 2013).

Réunion EURIG de Madrid

Outre la discussion sur les documents relatifs aux agrégats, les membres d’EURIG ont discuté des réponses à apporter aux autres propositions d’évolution et « discussion papers » parvenus au JSC (cf. supra), du moins à ceux qui présentaient un enjeu.

À signaler parmi ceux-ci trois « discussion papers » développant un argumentaire résolument tourné vers le web de données, et illustrant le parti qu’on peut en tirer :

  • 6JSC/ALA/17 Machine-Actionable Data Elements in RDA Chapter 3: Discussion Paper
  • 6JSC/CILIP Rep/1 Machine-actionability and interoperability of RDA value vocabularies: a discussion paper
  • 6JSC/CILIP Rep/2 RDF representation of RDA relationship designators: discussion paper

Les réponses d’EURIG adressées au JSC sont visibles sur la page déjà citée au même titre que les autres (chercher la chaîne « EURIG response »).

Madrid (Espagne), 22 septembre 2012
Madrid (Espagne), 22 septembre 2012

——

Dans l’ensemble EURIG s’affirme comme un authentique lieu de discussion pour les partenaires européens (de ce point de vue les réunions de Helsinki et de Madrid ont confirmé le succès de la réunion de Paris), et comme une véritable force de proposition vis à vis du JSC, voire d’autres instances telles que l’ISSN, l’ISBD Review Group ou l’IAML.

Publicités