Préparer la FRBRisation des données

L’une des difficultés à surmonter au cours du processus du passage aux FRBR — et non la moindre — sera la mise à niveau des données rétrospectives, qu’il faudra « FRBRiser » à coup de procédures informatiques reposant sur des algorithmes de conversion.

Ces algorithmes s’efforceront d’identifier les Œuvres et si possible les différentes Expressions de celles-ci contenues dans chacune des Manifestations décrites dans le catalogue, puis de créer automatiquement les notices et/ou les points d’accès correspondants.  Ceci bien entendu à partir des données du catalogue. La qualité du résultat sera donc fonction de celle des données à traiter.

Les quelques recommandations que voici constituent un socle, et pourront être complétées dans les consignes qui seront prochainement publiées dans le Guide méthodologique du Sudoc, notamment pour des types de ressource qui ne sont pas évoquées dans ce petit billet.

On peut aussi s’en inspirer pour la préparation des catalogues locaux.

Ce qui est fait est fait, il n’est pas question de revenir « à la main» sur les millions de notices déjà produites, ce serait comme écoper la mer d’Iroise avec une poêle à frire. Mais on peut, s’agissant des données à créer, prendre les précautions nécessaires pour leur assurer le moment venu une FRBRisation élégante.

Une règle simple : appliquer les règles de catalogage en vigueur (pour le Sudoc, celles énoncées dans le Guide méthodologique), voilà la meilleure des garanties.

Cependant il importe de veiller tout spécialement à quelques points précis, cruciaux pour une FRBRisation efficace.

Les titres

Les titres constituent l’élément fondamental d’identification des Manifestations, mais aussi, et c’est ce qui importe dans le processus de FRBRisation, des Œuvres qui y sont contenues. C’est pourquoi il est essentiel de les transcrire avec exactitude.

Lorsqu’on décrit une traduction, il est nécessaire de transcrire systématiquement le titre original de l’œuvre (Unimarc 454) : c’est le seul lien entre les différentes versions linguistiques de ladite.

Le cas échéant, la transcription fidèle des titres des œuvres contenues et des responsabilités associées sera d’un grand secours le moment venu.

Les codes de langue (Unimarc 101)

Ils sont indispensables à l’identification des Expressions (pour les œuvres textuelles ou s’exprimant au travers d’une ou plusieurs langues). Il faut au minimum que les données suivantes soient présentes (et correctes) :

  • la (les) langue(s) de la publication ($a)
  • la (les) langue(s) originale(s) en cas de traduction ($c)
  • l’indicateur de traduction

Les accès auteurs (Unimarc 7xx)

Il faudra pouvoir les attribuer automatiquement à l’entité FRBR pertinente (Œuvre, Expression, ou Manifestation). Ce sera possible si :

  • le choix de l’étiquette Unimarc (7×0, 7×1 ou 7×2) est correct
  • le(s) code(s) de fonction est / sont présent(s) et juste(s)

Les dates

Des dates saisies dans les notices bibliographiques, on pourra dans certains cas inférer celle de l’Œuvre correspondante : par exemple pour les travaux universitaires, thèses et mémoires.

En revanche il sera difficile de dater les Expressions à partir des données présentes, cette notion étant depuis toujours absente des règles de catalogage.

Pour les œuvres textuelles, la date de copyright y correspond assez bien, mais elle est rarement saisie vu que les normes actuelles n’en font pas grand cas. Il serait utile de le faire désormais, en Unimarc 210$d, exemple :

$d impr. 2012, cop. 2004

et dans les données codées de date.

D’une manière générale, il importe de dater correctement les ressources décrites, dans la zone de l’adresse bien sûr, mais surtout dans la zone de données codées (même — et surtout —  lorsque plusieurs dates sont liées à une même ressource : dates de copyright et d’impression déjà évoquées, date d’une reproduction en fac-similé et date de l’original, dates des publications en série, dates de publication et de protection des enregistrements sonores ou audiovisuels, etc.)

La zone de l’édition (Unimarc 205)

Une édition, au sens donné à ce terme dans l’ISBD (zone 2) constitue une Expression particulière d’une Œuvre donnée.

Ceci à l’exception des reproductions en fac-similé (cf. Z 44-050, § 2.1.2), qui à vrai dire ne devraient pas faire l’objet d’une zone de l’édition.

Identifiants

Identifiants normalisés et autres

Les identifiants normalisés (ISBN, ISMN, ISSN etc.) de même que certains identifiants commerciaux (EAN, numéros d’éditeurs des publications audiovisuelles) pourront être mis à contribution pour reconstituer des métadonnées incomplètes ou erronées, et sont susceptibles de faciliter la mise en relation d’entités apparentées.

C’est pourquoi ils doivent être scrupuleusement incorporés aux notices, même si certains (ISBN) sont comme on le sait moins fiables que d’autres (ISSN).

Identifiants de notice

Il est important de conserver les identifiants des notices importées ou dérivées, et de supprimer ceux dont on hériterait dans une nouvelle notice obtenue par copie.

Conserver aussi les identifiants des notices d’autorité liées figurant dans les sous-zones $3 des points d’accès contrôlés (Unimarc 500, 60x, 7xx), et ceux des notices bibliographiques liées (sous-zones $0 des zones Unimarc 4xx). Ceci vaut surtout pour les catalogues locaux

Publicités

Publié le 20 avril 2012, dans Modèles, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 18 Commentaires.

  1. Super enfin du concret : des consignes à proposer aux catalogueurs. Merci

  2. Merci pour cette liste très précise! (mais ça ne va jamais tenir sur une seule diapo… :p )
    En ce qui concerne les dates, serait-ce judicieux d’indiquer systématiquement en données codées la date de copyright, même si elle est identique à celle d’impression, ou est-ce qu’on reste sur le principe même date = une seule mention?

    • Mais si ça tient, ça dépend comment tu la fais ta diapo 🙂 (et même si ça ne tient pas, c’est pas très gênant…)
      En ce qui concerne la saisie des dates, je ne pense pas que le service Métadonnées ait pris une décision encore. Il va y avoir des consignes précises.

  3. merci pour ces précisions
    Dans le cas d’une traduction, si le titre en 200 est identique au titre original, faut-il malgré tout créer un 454 ?

  4. Merci pour ces éléments, Philippe.
    Je viens de me poser la même question sur l’utilité d’une 205 pour les fac-sim. : peut-être faudrait-il en parler au sous-gpe Description des manifestations ?

  5. Bonjour
    Merci pour cette synthèse très claire et très pédagogique elle nous sera bien utile pour nos formations.

  6. Bonjour,
    au sujet de la FRBRisation des données, est-il possible de savoir où en est le travail avec les partenaires CBS pour paramétrer la base CBS en fonction du modèle FRBR?

    Merci

  7. Bonjour.
    Merci mille fois pour ce billet pédagogique qui rappelle à tous l’utilité de suivre des règles communes.
    A très bientôt

  8. Alicia Benson-Rumiz

    Bonjour,
    Concernant les dates, suite au catalogage de nombreux Folio théâtre, je m’interroge. En effet ceux-ci contiennent deux dates de copyright l’une pour le texte et l’autre pour la préface et le dossier. Il faudra peut-être apporter des précisions sur ce point là. Exemple ppn 084195606 : cop Gallimard 1950 pour « Hop Signor ! » et « Escurial », 2004 pour la préface et le dossier, cop Félicien Marceau 1962 pour la postface.
    Je sais, c’est un exemple extrême :o(
    Cordialement,

  1. Pingback: Préparer la FRBRisation des données « la bibliothèque, et veiller

  2. Pingback: Préparer la FRBRisation des données « La Boussole

  3. Pingback: Formations au catalogage dans le Sudoc : préparer la FRBRisation des données « ABES le blog de la formation

  4. Pingback: Mais qu’est-ce qu’il se passe ? (3) Sudoc « rda@abes

  5. Pingback: Sudoc et FRBR : parution de la première série de consignes de catalogage « rda@abes

  6. Pingback: Catalogage : ces $%§@£ de dates de copyright | LaFacette

  7. Pingback: Catalogage : ces $%§@£ de dates de copyright | LaFacette

Les personnes disposent d’un droit d’accès aux informations contenues dans cette zone de texte. Les informations que vous y inscrivez doivent être pertinentes au regard du contexte. Elles ne doivent pas comporter d’appréciation subjective, ni faire apparaître, directement ou indirectement les origines raciales, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses, les appartenances syndicales ou les mœurs de la personne concernée.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :