Archives de Catégorie: Formats

Un mot pour un autre. 2. Format de données / Code de catalogage

C’est étonnant comme cette confusion a la vie dure. Jusque dans les documents les plus érudits, les plus récents (et même, horresco referens,… enfin bref).

Donc.

Peut-on dire (par exemple) : « passer d’UNIMARC à RDA ? »

Non. Enfin on peut, mais ça n’a pas grand sens. Pas plus qu’autrefois « passer de l’ISBD à UNIMARC ».

RDA (code de catalogage), c’est une norme de contenu (comme par exemple nos normes françaises AFNOR Z44-050 et autres). Ça dit de quels éléments se compose l’information bibliographique, ça définit précisément les éléments en question, et les relations possibles entre eux. Ça donne aussi des règles, toujours par rapport au contenu (par exemple : comment faire un point d’accès identifiant une œuvre).

RDA se veut indépendant de tout format d’encodage des données, et même de tout format d’affichage. C’est dit expressément :

In order to optimize flexibility in the storage and display of the data produced using RDA, a clear line of separation has been established between the guidelines and instructions on recording data and those on the presentation of data.

RDA § 0.1

De manière à favoriser une souplesse de stockage et d’affichage des données produites en appliquant RDA, une ligne de séparation claire a été tracée entre les recommandations et les directives relatives à l’enregistrement des données et celles concernant leur présentation.

C’est à dire que des ensembles de données appliquant la norme RDA peuvent, pour leur stockage, leur diffusion, leur affichage ou tout autre besoin, être simplement saisies dans un traitement de texte (voire tapées à la machine à écrire, ou tracées à la plume de pintade), encodées simplement en HTML, ou dans un format structuré.

Par exemple (entre maintes possibilités) dans un format MARC.

Par exemple en UNIMARC (un format qui, plus encore que le MARC21, a fait des efforts de compatibilité avec RDA, selon tous les scénarios d’implémentation des FRBR, ce qui n’est pas le cas de MARC21).

On peut donc utiliser à la fois UNIMARC et RDA, ou UNIMARC et les REICAT (Regole Italiane di Catalogazione, code italien de catalogage appliquant les FRBR), ou UNIMARC et les AACR2, ou UNIMARC et les normes françaises actuelles, ou ne respecter aucune norme de contenu, mais le faire en UNIMARC, etc.

Une bonne maîtrise de l’UNIMARC (ce format-là précisément) est d’ailleurs, comme nous le verrons dans un prochain billet, une excellente préparation à la compréhension de l’ultra-structuration des données nécessaire à l’avènement du web sémantique.

Au fond, il faudrait réapprendre l’UNIMARC maintenant, avec sérieux.

Sozialistische Toiletten, Socialist toilets. Grenz Bahnhof - Border Crossing, Bahnhof Oebisfelde DDR, Apr 1990 Passer à RDA (en UNIMARC si on veut).
Sozialistische Toiletten, Socialist toilets. Grenz Bahnhof – Border Crossing, Bahnhof Oebisfelde DDR, Apr 1990, par sludgegulper sur Flickr.

Publicités

Mais qu’est-ce qu’il se passe ? (2) Bibliothèque du Congrès

  • 31 octobre 2012

Là-bas ils sont engagés dans la définition de leur futur format de données. Ce processus, ils l’ont appelé Bibliographic Framework Transition Initiative, BFI parfois, Bibframe pour les intimes.

Il en avait été question ici même en son temps, c’est à dire au moment du lancement du processus il y a un an.

Les choses ont avancé depuis.

La LC a recruté un consultant spécialisé (Zepheira) pour accélérer la définition du futur format de données, avec deux maîtres mots : le web de données comme contexte et RDF (Resource Description Framework) comme modèle de base.

Ce consultant est chargé de « produire un (ou des) modèle(s) qui serviront de base de discussion, et de fournir une analyse d’initiatives analogues. La Bibliothèque prévoit un processus itératif se nourrissant des retours de l’ensemble des professionnels, permettant d’affiner les spécifications. L’objectif est de parvenir à un format bibliographique souple, un code de référence robuste, une infrastructure fiable de déploiement, et un plan opérationnel de migration de MARC vers le nouveau format » (« a flexible bibliographic framework, a robust reference code, a supporting infrastructure for deployment, and an effective migration plan from MARC to a new framework. »). Voilà ce qu’on lit sur la page du site de la LC donnant accès à la transmission vidéo de la conférence d’Eric Miller, de Zepheira (16 juillet 2012) : Library of Congress New Bibliographic Framework Initiative: Update Forum with Eric Miller (en anglais).

Voici le diaporama correspondant (accessible sur Slideshare) :

Voir notamment la diapo 21, qui présente le schéma du « modèle de haut niveau » destiné à servir d’appui à l’ensemble du processus. Ça ressemble un peu aux FRBR… mais ça surprend.

On consultera par ailleurs la présentation [.pptx] de Sally McCallum (LC) au congrès annuel de l’IGeLU (Groupe international des utilisateurs d’Ex Libris) : Bibliographic Framework Initiative Approach for MARC Data as Linked Data (Zürich, 13 septembre 2012), qui précise les étapes du processus en cours (en particulier : une première expérimentation du modèle « de haut niveau » fourni par Zepheira doit être conduite par un « très petit groupe de testeurs pionniers » en octobre et novembre, c’est à dire en ce moment même).

S’informer :

Testing Large Turbines, Westinghouse Co. Works. États-Unis : American Mutoscope and Biograph Company, 1904.
Filmé le 5 mai 1904, probablement à la Westinghouse Machine Company, East Pittsburgh, Pennsylvanie. Mis en ligne par la Bibliothèque du Congrès (États-Unis).

Bibliothèque du Congrès : lancement d’une étude sur l’avenir de la diffusion des produits bibliographiques

Une note d’information publiée le 21 octobre dernier sur le site du Groupe de travail sur l’avenir du contrôle bibliographique de la Bibliothèque du Congrès (Working Group on the Future of Bibliographic Control) apprend au monde que la LC lance une étude stratégique sur l’avenir de la diffusion de ses produits bibliographiques.

Cette action, qui s’insère dans le contexte de la Bibliographic Framework Transition Initiative (voir No future for MARC?), procède de la constatation que « le paysage est en train de changer » :

Avec le développement accéléré des technnologies numériques, des services de logiciels en open-source et de la distribution sur le Web, l’interaction de l’industrie de l’information avec l’environnement des bibliothèques est devenue sensiblement plus directe et de plus en plus efficace, offrant à la LC l’occasion et l’obligation de transformer ses services de diffusion de produits catalographiques.

(With the rapid expansion of digital technologies, open-source software services, and web-based distribution, the information industry’s interaction with the library environment has become significantly more direct, is increasingly robust, and will provide the Library with opportunities and challenges to transform its cataloging distribution services.)

L’étude est confiée à un cabinet spécialisé (Outsell).

L’été 11

Près de moi cette plage comble, cette révolution solaire dans le cercle du soleil.
Marguerite Duras (1914-1996). L’été 80 (1980).

Qu’est-ce qui se passe ?

On prépare l’avenir.

RDA en France (comité stratégique, groupe technique)

Comme on sait, le comité stratégique français sur RDA a estimé que les bibliothèques françaises ne pouvait pas appliquer RDA en l’état, mais qu’elles le feraient, un jour. Les bibliothèques nationales américaines sont arrivées à la même conclusion. Elles ont assorti leur décision de la liste assez précise des points à revoir, et d’un calendrier prévisionnel de révision, point par point : 18 mois tout compris. De sorte qu’au 1er janvier 2013, à condition que les révisions prescrites aient été menées à bien, RDA pourrait être applicable en Amérique.

Contrairement aux bibliothèques américaines, le comité français n’est pas entré dans le détail d’un calendrier, c’était pour lui une impossibilité vu qu’il doit tenir compte des faits et gestes des véritables protagonistes. La 2e réunion dudit comité est programmée pour le 16 novembre prochain (sainte Marguerite).

Le groupe technique « RDA en France » travaille dorénavant en sous-groupes, certains ayant déjà fonctionné pendant environ 2 mois :

  • Description des Manifestations (i.e. mise à jour des normes françaises de description, à partir de l’ISBD intégré et de RDA)
  • Formation
  • Modèle de données et évolution des SID (chargé notamment des réunions avec les éditeurs de systèmes)

d’autres commençant en septembre :

  • FRBRisation
  • Notices d’autorité pour les Collectivés et les Lieux
  • Notices d’autorité pour les Œuvres
  • Notices d’autorité pour les Personnes et les Familles

Le sous-groupe FRBRisation est chargé de définir les contours des entités FRBR du groupe 1, pour l’usage français. C’est un point important, car la BnF et l’ABES doivent dès que possible expérimenter la FRBRisation de leurs catalogues respectifs, selon le scénario 1 d’implémentation de RDA / FRBR.

(Soit dit en passant ces groupes de travail sont ouverts : à bon entendeur…)

Voir : Groupe technique sur l’adoption de RDA en France

Comité français UNIMARC

Le plan de travail est établi. Il consiste essentiellement à passer les données codées aux cribles des FRBR et de RDA : une tâche périlleuse, acrobatique et forcément angoissante. Forcément. Le CfU espére pouvoir présenter ses propositions à la prochaine réunion régulière du PUC (Permanent UNIMARC Committee), en mars 2012.

UNIMARC sera alors le plus beau format du monde. Une merveille. Lorsqu’il mourra, ce sera dans la gloire de sa dernière splendeur.

Bologne (Italie), juillet 2011. Vitrine d'une librairie Des livres pour l’été.

À l’étranger

On suivra attentivement les annonces, les communications, les débats qui se produiront dans le cadre du prochain congrès de l’IFLA — à Puerto Rico, au bord de l’eau.

Et bon été !

No future for MARC?

  • 1er juin 2011

L’annonce faite la semaine dernière par la bibliothèque du Congrès (lancement d’une étude et d’une consultation sur le cadre général de ses formats bibliographiques, avec en point de mire les formats du web et le probable abandon à terme de MARC21) a été amplement relayée sur le web. On peut en lire des extraits traduits dans le Fil Abes du 27 mai dernier.

Cette annonce intervient peu de temps avant que les trois bibliothèques nationales américaines (LC, NLA et NLM) ne révèlent leur décision quant à RDA — même s’il n’y a paraît-il aucun lien entre les deux événements.

Sally McCallum, responsable du Network Development and MARC Standards Office, et Deanna B. Marcum, responsable de l’étude Bibliographic Framework Transition Initiative donnent quelques renseignements supplémentaires dans un récent entretien avec Michael Kelley publié le 26 mai dans LibraryJournal. com (Library of Congress May Begin Transitioning Away from MARC).

En quelques mots :

  • Cette étude est une priorité haute pour la LC
  • MARC a rendu de bons et loyaux services, mais « il incombe à la communauté de se familiariser avec d’autres structures de données telles que XML ou RDF »
  • La transition se fera en douceur ; l’espérance de vie de MARC est estimée à environ 10 ans.

Bien sûr on y met les formes : officiellement il est question de voir dans quelles conditions MARC21 peut faire face aux nouveaux défis. Vu la manière dont la question est posée, la réponse s’impose d’elle-même.

Corollaire : il y a lieu de s’interroger dans les mêmes termes sur le devenir d’UNIMARC.

Mort à la norme Photo Jean-Philippe Aynié